DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le passeur du Mur de Berlin


le mag

Le passeur du Mur de Berlin

En partenariat avec

Les Allemands de l’Ouest l’appelaient le “Mur de la Honte” et 25 ans après un homme se souvient sans doute mieux que les autres.

Burkhart Veigel était passeur, il a aidé des centaines d’Est Allemands à fuir vers l’Ouest.

Alors que l’Allemagne s’apprête à célébrer le 25ème anniversaire de la chute du Mur de Berlin, Burkhart Veigel continue d’organiser des visites sur les traces du mur, pour en préserver la mémoire.

Bukhard Veigel : “Cette histoire ne devrait pas être oubliée, il faut se souvenir qu‘à cette époque et ce n’est pas si loin, il y avait à quelques mètres de nous une dictature absurde où vous n’aviez pas le droit de penser, où vous ne pouviez pas dire ce que vous vouliez, où il n’y avait aucune discussion. C’est quelque chose d’impensable pour moi.”

Bukhart Veigel est étudiant en médecine quand les soviétiques mettent en place le mur. La construction commence dans la nuit du 13 août 1961.

Bukhard Veigel : “Il y avait 75 tunnels à Berlin mais juste 19 en activité, 300 personnes les ont emprunté pour fuir…Environ 800 sont passé par les égouts et peut être 10 mille ont utilisé de faux papiers. Dans mon dossier de la Stasi il est écrit que mes faux papiers étaient identiques aux originaux. J‘étais passé maître en la matière.”

Le Mur de Berlin finit par tomber le 9 novembre 89. Bukhard Veigel est à Stuttgart et regarde devant sa télévision la foule en liesse et la fin du Rideau de Fer qui divisait l’Europe.

Bukhard Veigel : “J’ai pleuré pendant des heures devant ma télé, j‘étais très ému. C‘était exactement ce que je voulais, je voulais la liberté pour le peuple et d’un coup ils étaient tous libres. C‘était l’expérience la plus forte de ma vie. Le lendemain mes enfants ont demandé pourquoi leur père pleurait comme ça et c’est là que je leur ai dit pour la première fois ce que j’avais fait.”

Bukhart Veigel a aidé 650 Allemands de l’Est à fuir vers l’Ouest.

25 ans après la chute du Mur de Berlin, Bukhart Veigel fait tout pour que la mémoire soit préservée.

Prochain article

le mag

L'art italien entre passé et présent au Bozar à Bruxelles