DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le Kosovo assombrit une visite historique du Premier ministre albanais à Belgrade


Serbie

Le Kosovo assombrit une visite historique du Premier ministre albanais à Belgrade

Un Premier ministre albanais reçu à Belgrade, en Serbie. Une visite historique, la première en 68 ans. Elle devait permettre d’apaiser les tensions entre les deux voisins. Mais il a suffi de quelques mots sur le Kosovo pour faire voler en éclat la tentative de rapprochement entre Tirana et Belgrade. Le Premier ministre albanais Edi Rama a lancé le sujet. “Nous avons deux positions complètement différentes sur le Kosovo”, a t-il dit, “mais la réalité est unique et immuable. Le Kosovo a été reconnu par plus de 108 pays. Son indépendance a aussi été reconnue par la Cour internationale de justice et c’est une réalité régionale et européenne”.

Son homologue serbe Aleksandar Vucic a aussitôt répliqué. “Tout d’abord, je veux dire que je ne m’attendais pas à une telle provocation de la part du Premier ministre Rama, je ne pensais pas qu’il parlerait du Kosovo” s’est-il indigné. “Car je ne vois pas ce qu’il a à voir avec le Kosovo. Je dois lui répondre car je ne permettrai à personne d’humilier la Serbie à Belgrade. Selon la Constitution, le Kosovo fait partie de la Serbie et n’a rien à voir avec l’Albanie et n’aura jamais rien à voir”.

La Serbie a toujours refusé de reconnaître l’indépendance de son ancienne province, peuplée en majorité d’albanophones. Le Kosovo a déclaré de manière unilatérale cette indépendance en 2008.

Depuis des progrès ont toutefois été réalisés, notamment sous la houlette de l’Union européenne. Un accord considéré comme “historique” sur la normalisation des relations entre Belgrade et Pristina a ainsi été signé.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Artur Mas veut plus pour la Catalogne