DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Inde : le drame d'une stérilisation massive


Inde

Inde : le drame d'une stérilisation massive

En Inde, l’Etat de Chhattisgarh a procédé à une stérilisation massive de femmes samedi dernier. En cinq heures, 83 femmes ont été opérées. Depuis, 10 sont mortes et une soixantaine souffre de complication. 24 d’entre elles se trouvent actuellement dans un état grave et ont été hospitalisées à Bilaspur.
Une enquête a été ouverte. Un chirurgien est poursuivi et quatre responsables du secteur de la santé ont été suspendus.

“L‘état de ces femmes est grave, leur pression sanguine est basse, nous nous concentrons sur leurs soins, pas sur ce qui a causé leur état. La cause des décès, nous ne pourrons la déterminer que grâce à une autopsie s’il y a une enquête” a déclaré le docteur Ramesh Murty.

“Les femmes ont été opérées puis laissées. Cela s’est passé dans un lieu désolé où il n’y a pas d’installations adéquates” a témoigné un proche d’une patiente.

Les habitants de Bilaspur ont manifesté leur colère devant l’hôpital.

La stérilisation de masse est la méthode de contrôle de la natalité la plus répandue en Inde où nombre d’Etat organisent de telles opérations sur la base du volontariat en échange d’une compensation financière (20 euros).

Chaque famille d’une femme décédée sera indemnisée à hauteur de 400 000 roupies, soit 5 200 euros environ.

L’an dernier, les autorités du Bengale occidental (Est) avaient été vivement critiquées après la diffusion d’images montrant des femmes laissées inconscientes dans un champ après une stérilisation de masse. L’hôpital avait été incapable d’accueillir un nombre important de patientes.

Entre 2013 et 2014, plus de quatre millions de femmes auraient été stérilisés en Inde, selon des données gouvernementales.

De 2009 à 2012, le gouvernement a payé des compensations financières pour 568 femmes mortes des suites d’une stérilisation.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Le souvenir de la Grande Guerre vu du cimetière allemand de Neuville St-Vaast