DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le web au sommet à Dublin


hi-tech

Le web au sommet à Dublin

En partenariat avec

Le sommet du web qui s’est tenu à Dublin a accueilli 22 000 personnes en trois jours. Deux mille start-up venues du monde entier s’y sont aussi retrouvées pour présenter et partager leurs projets et leurs idées. Dublin c’est pour elles une recherche de clientèle mais aussi et surtout d’investisseurs. Robotique, jeux virtuels, smart cars, appareils portables en tout genre étaient au coude à coude dans les travées.

Claudio Rocco, Euronews : “Contrairement aux autres foires technologiques en Europe, ici à Dublin, au Web Summit on trouve de nombreux jeunes, de nombreuses start-up à la recherche d’idées et de partenaires pour réaliser leurs projets.”

Parmi ces projets Wevolver concocté par une start-up des Pays-Bas. Il s’agit d’une plate forme de réseaux sociaux qui permet aux projets en open source d‘être partagés. Ces jeunes concepteurs veulent construire ensemble une technologie en connectant les fabricants de projets hardware. Par exemple après avoir construit la première partie de ce robot et ils ont désormais besoin d’un designer, d’un programmateur et d’un ingénieur pour finir le boulot…

Cette start-up allemande a transformé un smartphone en professeur de guitare. Ses chercheurs ont mis au point une reconnaissance d’accords qui permet à l’application d‘écouter le guitariste jouer, et de lui montrer les endroits où il a fait des erreurs.

Eckart Burgwedel cofondateur Uberchord :
“Quand on joue des accords cela vous montre l’accord que vous jouez et si vous jouez bien alors vous passez à l’accord suivant. Mais si vous avez oublié comment fonctionne cet accord, alors l’appli vous montre la position des doigts. Et si vous ne le faites pas parce que vous vous trompez, comme ici, cela vous montre votre position et donc vous pouvez corriger vos erreurs.”

La start-up italienne « Trail me up » a créé des parcours pédestres virtuels. Ces parcours ont pu être réalisés avec un appareil qui se porte sur les épaules et qui est doté d’un GPS, d’une boussole et de six appareils photos. L’utilisateur peut ensuite visiter l’endroit du point de vue d’une personne en train de marcher. Il peut s’arrêter reculer et tourner dans toutes les directions.

La start-up suisse EveryCook a créé cette marmite spéciale qui doit pouvoir selon ses concepteurs préparer automatiquement tout type de nourriture. Il suffit de mettre les ingrédients ensembles et quand on revient normalement tout est prêt. Et on peut contrôler la casserole magique à l’aide de son portable, de sa tablette ou de son ordi.

Claudio Rocco, Euronews : “Par exemple pouvez vous nous montrer comment faire un bon risotto ?

Alexis Wiasmitinow, fondateur d’Everycook :
“Pour faire un risotto par exemple il faut peler l’oignon, c’est la seule chose que vous allez devoir faire vous même. Ensuite vous le mettez là et cette lame va le couper. Et cette spatule va se mettre à tourner. On va avoir la bonne température, pendant le bon moment. Quand tout est dans le pot on entre la température et on peut regarder la télévision et on va vous appeler quand ce sera prés. Ici au sommet on a fait du caramel au lait vous en voulez ?

Audi a donné une idée de ce que pourrait voir le passager d’Allan McNish sur le circuit de Silverstone. Avec la technologie virtuelle d’Oculus et des images alimentées par une batterie de caméra on n’a plus qu‘à s’accrocher à son siège.

Et enfin la start-up française VidéoStitch à partir de six caméras crée une seule image panoramique en haute résolution sur 360 degrés sans angles morts. Il ne s’agit en fait pas là de clichés, VidéoStitch produit une vidéo en temps réel.

Prochain article

hi-tech

Du laser au secours des restaurateurs d'œuvres d'art