DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Mission Rosetta : le robot Philae sur la comète "Tchouri"

La joie et le soulagement ont explosé dans un tonnerre d’applaudissements et de cris au Centre européen d’opérations spatiales de l’ESA à Darmstadt, en Allemagne.

Le robot européen Philae a atterri sur le noyau de la comète Tchourioumov-Guérassimenko, une première dans l’histoire spatiale.

Philae avait été largué sans encombre par la sonde européenne Rosetta vers 9h30 ce mercredi matin à plus de 510 millions de km de la Terre et à une vingtaine de kilomètres du noyau de la comète Tchouri. Ce robot laboratoire a mis 7 heures environ pour descendre au rythme d’un mètre par seconde jusqu’au site retenu pour son atterrissage, une zone d’environ 1 km2 située sur le petit lobe du noyau de la comète. Une comète à la forme torturée, au relief accidenté et dont la nature reste inconnue. Mais la mission de Philae est justement de faire des prélèvements, qui donneront des informations sur les origines du système solaire, voire sur l’apparition de l’eau et de la vie sur Terre.

Juste après la confirmation de son atterrissage, à 17h04, Stephan Ulamec, le directeur du projet Philae déclarait : “nous y sommes et Philae nous parle. La première chose qui se confirme, c’est que les harpons se sont déclenchés, le train d’atterrissage a touché le sol, il est posé à la surface de la comète. Nous sommes sur la comète !”

“C’est un grand pas pour la civilisation humaine”, a ensuite commenté Jean-Jacques Dordain, directeur général de l’ESA. “Nous sommes les premiers à l’avoir fait et c’est cela qui restera pour toujours”, a-t-il ajouté.

Cet atterrissage couronne en effet une mission spatiale lancée il y a plus de vingt ans et un voyage interplanétaire de plus de dix ans du robot en compagnie de Rosetta. Depuis 2004, la sonde spatiale européenne Rosetta a parcouru 6,5 milliards de km.

Philae, 100 kg sur Terre, ne pèse qu’un gramme dans l’espace. Il a donc été conçu pour s’ancrer en profondeur sur la comète grâce à trois harpons, soit à environ deux mètres cinquante de profondeur.

Mais le forage n’est pas encore confirmé, Philae se serait enfoncé de quelques centimètres dans le sol selon les premières données, et il faut qu’il se fixe pour donner suite à sa mission, car, et c’est difficile à imaginer, mais la comète file à 18 km/seconde.

Après la séparation, ce matin, Philae et Rosetta s‘étaient mutuellement photographiés. Et d’ici quelque temps, Philae devrait envoyer un panorama de sa zone d’atterrissage.

Le petit robot et ses 10 instruments vont ensuite se mettre rapidement au travail pour un programme intensif de deux jours et demi. Philae va notamment prendre des échantillons de sol qui seront analysés sur place.

Grâce à ses panneaux solaires, il devrait fonctionner jusqu’en mars, il est ensuite condamné à mourir “de chaud” quand la comète se rapprochera du soleil.

Quoi qu’il advienne, la mission “Rosetta est déjà un succès” pour les centaines de scientifiques qui participent d’une manière ou d’une autre au projet.

Sans se soucier du sort du petit robot téméraire, l’aventureuse Rosetta poursuivra de toutes façons son escorte de la comète au moins jusqu‘à ce qu’elle passe au plus près du soleil, en août prochain, puis elle pourrait rejoindre Philae sur la comète pour finir sa vie.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

space

Mission Rosetta : portrait-robot de Philae