DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Barack Obama s'oppose à un internet à deux vitesses


Etats-Unis

Barack Obama s'oppose à un internet à deux vitesses

Le débat sur la “neutralité du net” est très vif aux Etats-Unis. Les Républicains désormais majoritaires au Congrès dénoncent l’intervention de Barack Obama et la comparent à sa réforme de l’assurance-maladie.

Le président américain a demandé lundi à l’autorité du marché des télécommunications de durcir son projet de réglementation du trafic internet aux Etats-Unis. Le chef de la Maison Blanche plaide pour “éviter qu’une entreprise internet ne soit en mesure de privilégier un fournisseur de contenus au profit d’un autre, en modulant la vitesse de connexion à leurs services.

Autrement dit, que l’“internet libre et ouvert” soit considéré comme un service public au même titre que l’accès à l’eau ou à l‘électricité. Une position qu’Obama avait déjà pris en 2008 lors de sa première élection.

Le président de l’autorité du marché des télécommunications a fait remarquer que certaines propositions pourraient poser des “problèmes légaux”.

Microsoft, Google ou Facebook dénoncent de leurs côtés “une grave menace envers internet”.

Un avis partagé par un représentant d’une organisation de défense des droits sur internet : “Est-ce que Facebook aurait pu se lancer sur le marché si MySpace avait eu une exclusivité sur la connexion rapide ? De même YouTube, aurait-il pu se lancer sur internet si un fournisseur d’accès souvent aussi groupe de médias avait ralenti ses vidéos en affirmant qu’il préférait qu’elles ne soient pas en ligne parce qu’il n’avait pas de contrôle dessus”.

Certains fournisseurs d’accès par ailleurs groupes de médias comme Verizon, Comcast, TimeWarner Cable, ou AT&T sont justement vents débout, car ils souhaitent facturer des connexions plus rapides à certains de leurs clients.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Auto-traduction

Prochain article

monde

L'Egypte théâtre de plusieurs attaques, ces dernières 48 heures