DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Tout savoir sur la Coupe du monde de ski alpin


Sport

Tout savoir sur la Coupe du monde de ski alpin

Vincent Ménard, euronews : ‘‘Ça y est, les premiers flocons de neige commencent à tomber sur les Alpes, signe que l’hiver approche et avec lui la saison de ski alpin. Après les géants d’ouverture, disputés sur un glacier autrichien, les slalomeurs ont rendez-vous ce week-end à Levi, en Finlande. Alors si vous voulez tout savoir sur la 49ème édition de la Coupe du monde, ça tombe bien, on va tout vous expliquer, à commencer par les cinq disciplines au programme.’‘

La descente : c’est l‘épreuve-reine du ski alpin, mais aussi la plus risquée. Elle se dispute sur des pistes très longues – avec 800 à 1.000 mètres de dénivelé – et le principe est simple : il faut aller le plus vite possible du haut jusqu’au bas de la montagne. Les meilleurs peuvent atteindre les 160 km/h.

Le super G : Apparu au début des années 1980, le super G ressemble à la descente, mais les tracés sont davantage tournants et les vitesses sont donc un peu moins élevées. Autre différence : les coureurs ne peuvent pas s’entraîner sur le parcours, qu’ils découvrent le matin même de la compétition.

Le géant : C’est la discipline de base du ski alpin, celle par qui tous les jeunes font leur apprentissage. Il favorise les meilleurs techniciens et se dispute en deux manches depuis la fin des années 1960. Seuls les trente meilleurs de la première manche peuvent participer à la deuxième, et le classement se fait en additionnant les temps.

Le slalom : Les règles sont les mêmes en slalom sauf qu’il ne s’agit plus de passer entre des portes mais de se faufiler entre des piquets. Les pistes utilisées sont plus courtes – il suffit de 200 mètres de dénivelé – les vitesses sont moins élevées et les épreuves peuvent se disputer en nocturne, à la lumière des projecteurs.

Combiné ou super-combiné : Le combiné ou super-combiné est la discipline destinée aux skieurs les plus complets. Chacun prend le départ d’une descente ou d’un super G et d’une ou deux manches de slalom. Comme pour le slalom ou le géant, on additionne les chronos pour établir le classement.

Vincent Ménard, euronews : ‘‘Si l’on ne tient pas compte des championnats du monde qui auront lieu au Colorado au mois de février, 71 courses sont prévues cet hiver : 33 pour les femmes et 38 pour les hommes. Elles se dérouleront dans les Alpes, en Scandinavie et en Amérique du Nord, avec un barème de points bien précis.’‘

Chaque épreuve rapporte le même nombre de points : 100 pour le vainqueur, 80 pour le deuxième, 60 pour le troisième, 50 pour le quatrième, etc. Les trente premiers sont récompensés, sauf lors des finales qui auront lieu en mars dans la station savoyarde de Méribel. Pour ces dernières courses de la saison, seuls les quinze premiers pourront marquer des points.

Vincent Ménard, euronews : ‘‘Dans toutes les disciplines, le vainqueur empoche un globe de cristal. Celui qui amasse le plus de points remporte le classement général et la récompense qui va avec, le gros globe de cristal. Les tenants du titre sont les Autrichiens Anna Fenninger et Marcel Hisrcher. Voyons s’ils sont en mesure de conserver leur trophée.’‘

Les femmes : Après les retraites de Marlies Schild et Maria Höfl-Riesch, Anna Fenninger vise le doublé grâce à sa polyvalence : elle est capable de briller dans quatre disciplines – descente, super G, géant et combiné – tout comme ses rivales Lara Gut et Tina Weirather. Autres favorites, la Slovène Tina Maze et l’Américaine Lindsey Vonn qui espère retrouver les sommets après deux saisons gâchées par des blessures au genou. À 19 ans, sa compatriote Mikaela Shiffrin est déjà la meilleure slalomeuse de la planète, mais elle manque encore d’expérience en vitesse.

Les hommes : Marcel Hirscher peut, lui, devenir le premier homme à gagner la Coupe du monde quatre ans de suite. Sa stratégie n’a pas changé : marquer le plus de points possibles en slalom et en géant. Le Français Alexis Pinturault a une palette un peu plus large puisqu’il s’est déjà imposé en combiné et en super G. Maître incontesté du géant, Ted Ligety a aussi sa carte à jouer, tandis que le vétéran Bode Miller peut réussir des coups d‘éclat. Dauphin d’Hirscher ces deux dernières années, Aksel Lund Svindal s’est blessé au tendon d’Achille et devrait rater une majeure partie de la saison.

Vincent Ménard ‘‘Voilà, j’espère que vous avez mieux compris le fonctionnement et les enjeux de la Coupe du monde. Je vous donne maintenant rendez-vous tous les dimanche tout au long de la saison pour suivre Gravity, notre magazine consacré au ski alpin.’‘

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Sport

La CAN 2015 aura lieu en Guinée équatoriale