DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

L'informatique la tête dans les nuages


hi-tech

L'informatique la tête dans les nuages

En partenariat avec

Les nuages ne sont plus ce qu’ils étaient. Ils sont tout d’abord passé au singulier et ils se sont anglicisés. Bref maintenant on dit le cloud et l’on veut dire par là un ensemble de processus qui consiste à utiliser la puissance de calcul et/ou de stockage de serveurs informatiques distants à travers un réseau. Ce réseau et ça tout le monde l’aura compris c’est le net.

Du coup c’est le matériel qui prend en compte cette externalisation qui va devenir notre quotidien.

Gianfranco Giardina, analyste high-tech :
“Ca, c’est ce que l’on appelle un Chromebook. Cela ressemble à un ordinateur portable classique sur lequel on s’attend à trouver Windows. En réalité c’est un système d’exploitation qui n’a rien à voir avec Windows, même s’il paraît assez similaire. Mais la grande différence c’est qu’il repose pratiquement entièrement sur le cloud, sur internet. Il ne dispose que d’un petit espace de stockage interne pour les fichiers temporaires qui est utilisé quand on est déconnecté. Mais pratiquement tout est fait par le navigateur quand on est connecté sur le net. On se retrouve sur un changement de tendances que nous avons tous vu ces dernières années. Il y a encore peu de temps on avait beaucoup de programmes sur notre ordinateur, un pour chaque utilisation : pour le traitement de texte, pour la photo etc. Maintenant, de plus en plus on a le système d’exploitation et internet et un navigateur pour accéder à tout une série de contenus et de services que l’on charge en direct sur la toile.”

Claudio Rocco, Euronews : “Quels sont les avantages et les inconvénients de cette technologie ?”

Gianfranco Giardina, analyste high-tech :
“Commençons avec les inconvénients, il faudra certainement changer les modes de travail, on ne pourra plus charger nos vieux programmes, par exemple ceux qui sont compatibles avec Windows ou Mac OS et la raison c’est que le système d’exploitation est différent. L’avantage c’est qu’on se retrouve avec un appareil peu onéreux et beaucoup plus simple, sans grande capacité de stockage interne. Il permet de faire une grande partie si ce n’est la totalité de ce qu’un usager moyen doit faire. L’avenir c’est d’avoir une connexion toujours plus active, où que nous soyons. Une large bande passante est de plus disponible même s’il reste des zones d’ombre dans toute l’Europe mais elle est en train de se développer et on devrait trouver de plus en plus de point d’accès gratuits, ou publics, pour pouvoir se connecter au net. Désormais avec des services qui sont de plus en plus dans le cloud, le PC aura tendance à devenir un objet uniquement connecté.”

Reste le problème de la sécurité, le talon d’Achille du cloud, c’est là le principal frein à son développement. Et les technologies de cryptage ont encore de belles journées devant elles. Mais si on perd son ordi pas de panique, toutes ses données sont quelque part dans les nuages…

Inauguration aux Pays Bas d’une voie cyclable un peu particulière. Celle ci est faite de panneaux solaires. On pousse décidément loin le concept de la protection de l’environnement. Ces voies pourraient au moins alimenter les feux tricolores voire, à terme des véhicules électriques qui les emprunteraient.

Les panneaux intégrés à la route sont recouverts d’une matière antidérapante. Pour certains le concept est loin d‘être idéal. Trop horizontal, trop sali… la production d‘électricité ne serait pas optimale. Réponse de l’inventeur.

Sten de Wit, co-inventeur de Solaroad : “Ce serait de toute façon une surface qui serait utilisée. Nous n’avons donc pas besoin d’espace supplémentaire, on ne vient pas perturber l’environnement. On les met juste sur la voie qui est là de toute façon.”

D’ici cinq ans, on devrait voir arriver ces panneaux sur le marché. Certainement une voie d’avenir.

Le choix de la rédaction

Prochain article

hi-tech

Applis utiles