DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Roumanie : le nouveau président luttera contre la corruption, première arrestation


Roumanie

Roumanie : le nouveau président luttera contre la corruption, première arrestation

En Roumanie, la cour constitutionnelle a officiellement validé la victoire de Klaus Iohannis. Le nouveau président de centre-droit l’a emporté dimanche avec plus de 54% des voix, contre un peu plus de 45% pour son adversaire Victor Ponta. Klaus Iohannis avait basé sa campagne sur la lutte anti-corruption, et cinq jours à peine après le scrutin, une première arrestation : la chef de l’unité anti-mafia a été placée en garde à vue dans une affaire de corruption présumée. Alina Bica est impliquée dans un scandale qui aurait fait perdre plus de 62 millions d’euros à l’Etat roumain. L’affaire, remonte à 2011. Alina Bica occupait à l‘époque une autre fonction dans le cadre de l’Autorité nationale pour la restitution des propriétés saisies par l’ancien régime communiste. La justice affirme que Mme Bica, alors membre d’une commission chargée de fixer les compensations au sein de l’ANRP, et deux de ses collègues auraient fermé les yeux sur une très forte surévaluation d’un terrain qui faisait l’objet d’un dossier de compensation. La personne qui avait fait l‘évaluation et les deux autres membres de la commission sont poursuivis également dans cette affaire et ont été placés en garde à vue. Depuis son entrée dans l’Union européenne en 2007, la lutte contre la corruption est un objectif de la Roumanie, qui est soumise à une étroite surveillance de Bruxelles.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Italie : le Jobs Act toujours facteur de tensions sociales