DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Un an après, une Révolution "pas encore terminée" à Maïdan


Ukraine

Un an après, une Révolution "pas encore terminée" à Maïdan

Une grande coalition pour pousser l’Ukraine encore un peu plus vers l’Ouest et vers l’OTAN. C’est la nouveauté politique de ce vendredi : la concrétisation d’une alliance entre les cinq partis pro-occidentaux gagnants des législatives du 26 octobre.

Arseniy Iatseniouk reste Premier ministre, mais le gouvernement en entier va être remanié.

Joe Biden, vice président américain, est venu participer aux commémorations du premier anniversaire des évènements de Maïdan. Le président ukrainien lui a redit son amitié, et rappelé sa volonté de lancer les réformes permettant à l’Ukraine de demander en 2020 une adhésion à l’Union européenne.

Au centre de Kiev, ils sont nombreux ce vendredi soir à vouloir célébrer le mouvement populaire qui, il y a un an, fit tomber, non sans effusion de sang, le gouvernement pro-russe de l’Ukraine.

“Nous ne regrettons pas cette révolution, sanglotait une femme sur Maïdan ce soir. Mais nous voudrions que les autorités se souviennent des personnes qui sont mortes ici. Nous les avons portés au pouvoir, mais ils ne font rien pour nous et les parents de ces gens”.

Alors que le président Porochenko allumait une bougie en hommage aux victimes de la répression du soulèvement de novembre, des parents de combattants pro-Maïdan se sont bruyamment manifestés, demandant justice enfin pour leurs proches. Près d’une centaine de manifestants avaient été tués lors des violences à Kiev, beaucoup abattus par des snipers.

“Les gens venus à Maïdan en novembre 2013 voulaient un tout nouveau gouvernement, rappelle notre correspondante à Kiev, Maria Korenyouk. Depuis, les Ukrainiens ont un nouveau président et un nouveau parlement. Plus de la moitié des députés ont changé. Mais la population attend toujours des réformes radicales et la mise à l‘écart de certains politiciens. C’est pourquoi beaucoup pensent que la Révolution n’est pas encore terminée”.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Les raids contre l'EI ne freinent pas les candidats au djihad