DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Economie sociale et immigration au menu du discours du Pape François à Strasbourg


Insight

Economie sociale et immigration au menu du discours du Pape François à Strasbourg

Pour la seconde fois de son histoire, l’Union européenne va accueillir à sa tribune un souverain pontife. Une visite-éclair de moins de quatre heures lors de laquelle il prononcera aussi un discours devant le Conseil de l’Europe. Cette visite se veut plus politique que religieuse.

Quel message compte-t-il adresser aux eurodéputés à Strasbourg? Eléments de réponse avec Franca Giansoldati, correspondante au Vatican du quotidien Il Messagero, une des rares journalistes avoir pu interviewer…

- Euronews : “Le Pape François est le premier Pape non-européen, pourquoi cette visite à Strasbourg au Parlement européen récemment élu?”

- Franca Giansoldati : “D’abord, c’est un pape non-européen qui n’a jamais vraiment parlé d’Europe. Il l’a lui-même reconnu. Certes, il y a eu quelques allusions lorsqu’il est allé à Lampedusa, quand il a reçu des députés européens, mais en réalité il n’a jamais vraiment parlé de notre “maison commune” qu’est l’Europe. Et c’est ce qu’il va faire maintenant.”

- Euronews : “Le premier voyage du Pape François a été pour l‘île de Lampedusa en 2013, est-ce que ça l’a changé?”

- Franca Giansoldati : “Naviguer en mer Méditerranée sur un navire des garde-côtes, et réaliser que la Méditerranée est devenu un grand cimetière, cela l’a beaucoup touché…”

- Euronews : “A Lampedusa, il a prononcé des paroles très fortes…”

- Franca Giansoldati : “Oui, des paroles adressées aux institutions européennes, à leurs sentiments: ce n’est pas possible qu’aux frontières européennes aujourd’hui tant de personnes meurent, et ce dans l’indifférence générale des institutions.”

- Euronews : “L’immigration, mais aussi le monde du travail, quel sera son message?

- Franca Giansoldati : “Le second thème qu’il va aborder sera l‘économie, le côté social de l‘économie. Il n’y a pas d’espoir s’il n’y a pas de travail, il y en a si l‘économie s’intéresse à l’homme, aux familles. Mais à mon avis, il ne va parler des questions bio-éthiques.”

- Euronews : “Un autre thème qui divise l’Europe est celui du mariage gay… Quelle est la position du Pape?”

- Franca Giansoldati : “Il ne va pas juger. Clairement, c’est l’idée que le mariage gay n’a rien à voir avec la sainte création. Le Pape défend des principes moraux. Toutefois, il invite les Catholiques à comprendre que la société a changé et qu’il y a des situations qui ne doivent pas être jugées, mais d’une certaine façon acceptées. Ses pensées vont principalement aux enfants des couples gay.”

- Euronews : “Le Pape François est considéré comme le Pape du peuple, presque un Pape de gauche. Comment change-t-il l’Eglise Catholique?”

- Franca Giansoldati : “L’Eglise catholique prend peu à peu conscience qu’elle devient minoritaire en Europe. Les Eglises sont vides. C’est pourquoi il insiste sur la nécessité de se rapprocher des frontières, pas seulement géographiques mais aussi culturelles, existentielles.”

- Euronews : “Sommes-nous devant un Pape politique, comme l‘était Jean-Paul II?”

- Franca Giansoldati : “Ce qui est important pour lui, c’est la politique sociale. Mais c’est autre chose que de la politique. Jean Paul II avait un but très précis, parce que le monde était divisé, l’Eglise était alors un acteur politique. Avec le Pape François, son Eglise s’intéresse aux personnes en marge, c’est de l’humain dont il veut s’occuper.”

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Insight

Risque d'embrasement à Jérusalem