DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Des maisons modulables à volonté

Vous lisez:

Des maisons modulables à volonté

Taille du texte Aa Aa

Les maisons sont supposées êtres rigides et stables. Mais à l’avenir, celles construites avec un polymère à mémoire de forme pourraient changer de volume, voire être plus grandes avec les changements de température. Les chercheurs de l’IAAC l’Institut d’architecture avancée de Catalogne ont posé les fondations du prototype d’une maison origami. Il leur a fallu pour cela trouver des matériaux qui puissent se courber tout en ayant en mémoire leur forme initiale.

Ece Tankal, étudiante à l’IAAC : “Alors que nous essayions de trouver les bons matériaux qui pourraient passer de l‘état caoutchouteux vers un état solide et qui pourrait agir comme un élément structurel du bâtiment, nous avons mis au point ce nouveau matériaux.”

Le projet intitulé «Translated Geometries» utilise des plaques triangulaires pour construire la structure de type origami. On peut ainsi créer un mouvement à chaque point de jonction de la structure.

Ramin Shanbayati, étudiant à l’IAAC : “En chauffant chaque point de jonction on peut ramollir le matériaux et en le tirant ou en le poussant cela va déterminer la forme finale. En refroidissant il garde la nouvelle forme. Pour l’instant il est froid et dur et il ne va pas bouger mais quand on va le ramollir, on va pouvoir facilement le transformer.”

Le polymère est chauffé directement en utilisant des fils électriques. Quand la température dépasse les 62 degrés Celsius il devient élastique ce qui permet au bâtiment de se courber et de tourner.

Des drones reliés à la structure volent autour et et l‘étirent dans la position voulue. Ils maintiennent ensuite la structure à une position donnée pendant deux minutes, le temps qu’elle refroidisse.

Areti Markopoulou dirige l‘équipe de chercheurs : “Nous pouvons emporter avec nous nos maisons comme le font des animaux dans la nature. Et nous pouvons les transformer en fonction de nos besoins par exemple quand la famille grandit alors il faut une maison plus grande ou aussi en fonction de la lumière et de la température extérieure on a besoin de plus de transparence, de luminosité. Notre maison pourrait ainsi s’adapter. Et l’on pourrait même la mettre dans notre poche et la déplier pour créer une structure tridimensionnelle.”

Pour l’instant l’invention, et surtout son application, ne concerne pas des bâtiments imposants elle pourrait bien intéresser des pavillons, de intérieurs, voire, des façades de bâtiments.

Une couveuse pour les camps de réfugiés

C’est le sort des réfugiés syriens qui a inspiré un étudiant en design, James Roberts, lequel a conçu dans le cadre de son travail de fin d’année, une couveuse à bas coût. Alors qu’une couveuse traditionnelle coûte dans les 40 000 euros James a trouvé une solution moins onéreuse à base d’une structure gonflable.

Une couveuse facile d’entretien, compacte quand elle est dégonflée et très abordable. Son modèle ne coûte que 300 euros, livraison comprise….

James Roberts : “Il s’agit fondamentalement d’un volume d’air isolé. C’est comme la différence entre le double et le simple vitrage, c’est donc facile de maintenir l’intérieur à une température chaude et stable. La taille véritable de la couveuse peut être très petite quand elle est compressée, on économise donc de l’argent sur le transport il n’est pas nécessaire d’avoir tout un berceau dans un avion on peut les mettre dans des colis déjà utilisés et les envoyer dans le monde entier. C’est bien moins cher.”

La couveuse a aussi été conçue pour fonctionner avec des coupures de courants dans les camps de réfugiés. On peut ainsi la brancher sur une batterie de voiture ce qui serait suffisant pour la faire fonctionner pendant 24 heures.