DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'actrice pakistanaise Veena Malik condamnée à 26 ans de prison pour "blasphème"

Vous lisez:

L'actrice pakistanaise Veena Malik condamnée à 26 ans de prison pour "blasphème"

Taille du texte Aa Aa

Veena Malik, une actrice pakistanaise, a été condamnée par contumace ce mercredi à 26 ans de prison par une cour anti-terroriste du pays. Son crime ? Avoir joué dans une scène jugée “blasphématoire”.

En cause, un programme télévisé diffusé en mai sur la chaîne Geo TV dans lequel Veena Malki et son mari, Asad Bashir, rejouaient leur mariage. La scène avait comme fond sonore un qawwalî, chant religieux soufi, évoquant le mariage de Fatima, la fille du prophète Mahomet, avec son cousin Ali.

Le verdict condamne aussi par contumace Asad Bashir, le propriétaire de la chaîne Geo TV Mir Shakil-ur-Rahman ainsi que la présentatrice Shaista Wahidi à la même peine de prison. Les quatre condamnés écopent aussi d’une amende de 10 250 euros chacun.
“Les actes malveillants des coupables révélés ont mis le feu aux sentiments de tous les musulmans du pays et les ont offensés” détaille le jugement, selon le journal britannique The Independent. Pourtant, selon le quotidien, des scènes similaires ont déjà été diffusées, sans jamais provoqué autant de remous.

La sentence a été dénoncée avec force par l’ONG Amnesty International. “Le verdict va avoir un effet glacial sur la liberté d’expression au Pakistan” explique dans un communiqué, David Griffiths directeur adjoint d’Amnesty pour l’Asie et le Pacifique. “C’est consternant que quelqu’un doive aller des dizaines d’années en prison pour une émission télévisée. Le jugement montre comment les lois anti-blasphèmes pakistanaises, pleines de défauts, sont devenus un autre outil pour réduire les médias au silence”.

Le directeur adjoint souligne aussi que, si d’habitudes ces lois servent à cibler des minorités religieuses, aujourd’hui “personne n’est plus à l’abri” de telles accusations.
Les époux en cause avaient quitté le Pakistan au début du scandale, après avoir reçu des menaces de mort, explique l’ONG. Partie prenante du plus grand groupe de presse du pays, le Jang Group, Geo TV avait été coupé pendant 15 jours au Pakistan suite à la diffusion du programme incriminé. Son dirigeant condamné n’habite pas au Pakistan.

Si Veena Malik craint pour sa vie si elle retourne au Pakistan, elle compte néanmoins revenir dans le pays pour contester le jugement. “J’ai toujours été une personne qui a fait face à ses proclames en les regardant droit dans les yeux” a déclaré l’actrice, en ce moment réfugiée à Dubaï, lors d’une interview.

Il existe cependant un espoir pour Veena Malik et ses compagnons d’infortune. Selon The Independent, la sentence ne pourrait ne pas être appliquée. En effet, le verdict a été rendu au tribunal de la ville de Giglit, située dans une zone montagneuse que l’Inde et le Pakistan se disputent. Ce dernier ne la reconnait pas comme une province à part entière. Par conséquent le jugement édicté par son tribunal ne s’applique pas au reste du pays.

Credit photo CC BY SA 3.0 Wikimedia Commons http://eurone.ws/EZz8V