DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Immigration : Londres veut limiter l'accès aux prestations sociales


Royaume-Uni

Immigration : Londres veut limiter l'accès aux prestations sociales

David Cameron a annoncé ce matin les grandes lignes de son plan destiné à freiner l’afflux d’immigrés en provenance de l’Union européenne. Le Premier ministre britannique propose notamment de limiter les prestations sociales. Les nouveaux arrivants n’auraient ainsi pas accès à certains avantages pendant les quatre premières années.

‘‘Notre système de protection sociale repose sur la contribution des travailleurs britanniques. Des millions de gens financent ce système, génération après génération. Il n’est pas juste que des immigrés puissent réclamer tout de suite des droits complets à cette communauté. Donc soyons clair, qu’est-ce qui va changer ? Les immigrés en provenance de l’Union européenne devront avoir une offre d’emploi avant de venir au Royaume-Uni, dans le cas contraire, les contribuables britanniques ne les soutiendront pas. Et à partir du moment où ils travaillent, ils ne pourront pas avoir accès aux logements sociaux pendant quatre ans. Oui, ce sont des réformes radicales, mais ce sont des réformes raisonnables et justes. Et le peuple britannique a besoin de savoir que ces mesures, pour réduire l’immigration européenne, seront une exigence absolue dans les négociations que je vais entreprendre.’‘

David Cameron a insisté sur le fait que ces réformes allaient nécessiter un changement des traités européens. A six mois des élections générales, son message est sans équivoque.

“Si je suis réélu Premier ministre en mai, je vais négocier pour réformer l’Union européenne et les termes de notre relation avec l’Europe. La question de la libre-circulation est un point clé de cette négociation. Si j’y parviens, je ferai campagne, comme je l’ai dit, pour maintenir ce pays au sein d’une Union européenne réformée. Si nos inquiétudes tombent dans l’oreille de sourds, et que nous ne pouvons pas améliorer nos relations avec l’Union, alors bien sûr, je n’exclurai rien.’‘

David Cameron ne pouvait pas être plus clair. Si les règles de l’immigration ne changent pas dans l’Union européenne, il n’exclut plus de la quitter.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

France : débat à l'Assemblée sur la reconnaissance de l'État palestinien