DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Quand le FN lorgne vers l'Europe


France

Quand le FN lorgne vers l'Europe

A Lyon, le XVe Congrès du Front National a donné lieu à une rencontre entre partis anti-européens. Parmi les personnalités invitées figurait Matteo Salvini, le nouveau leader de la Ligue du Nord, le parti d’extrême-droite italien. Vêtu d’un tee-shirt marqué de son slogan, “Basta Euro” (“Terminé l’Euro”, en français, ndlr), Salvini souhaite, comme Marine Le Pen, la disparition de la monnaie unique.
Mais son parti indépendantiste peut-il s’allier avec un parti résolument nationaliste comme le FN?

Euronews l’a rencontré en marges de son allocution lyonnaise.

Euronews:
Comment comptez-vous fédérer votre politique et celle du Front National?

Matto Salvani:
“Nous ne faisons pas notre politique par opportunité, je l’ai encore dit aujourd’hui. Nous restons des indépendantistes. Nous voulons des gens indépendants partout. Comme en Ecosse, en Catalogne, en Crimée ou en Vénétie, en Italie du Nord. Avec Marine Le Pen, nous partageons certains combats sur l’immigration, les impôts, l’agriculture, le rejet de l’euro et la défense de la famille traditionnelle. Mais nous sommes toujours des fédéralistes. Marine, elle, a une autre vision politique. Nous voulons créer un cartel à un niveau européen car l’Italie ne peut se battre seule contre des moulins à vent. Par la suite, vous pouvez proposer à vos électeurs: “si je gagne l‘élection, j’irai à Bruxelles” et je leur dirai “merci beaucoup et au revoir”. Il pourrait y avoir un euro à deux vitesses, un euro du Nord et un euro du Sud. Mais on peut aussi revenir à la monnaie nationale. Je suis certain que l’euro actuel ne survivra pas.”
“L’Europe s’effondre, lentement mais sûrement. A l’avenir, il y aura plus d’adhérents qu’il y en a, ici, à Lyon. Des personnes de nationalités et de cultures différentes. Des personnes qui nous rejoignent sur les questions du contrôle de l’immigration, sur la place du citoyen.”

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

La colère des anti-Moubarak dégénère au Caire