Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Une femme et un fils d'Abou Bakr al-Baghdadi ont-ils été arrêtés au Liban ?

Access to the comments Discussion
Par Euronews
Une femme et un fils d'Abou Bakr al-Baghdadi ont-ils été arrêtés au Liban ?

<p>Une femme et un fils d’Abou Bakr al-Baghdadi, le chef du groupe islamiste <span class="caps">ISIL</span>, ont été arrêtés au Liban près de la frontière avec la Syrie il y a dix jours. C’est en tout cas ce qu’affirme une source militaire libanaise.</p> <p>“Une des femmes de Baghdadi est détenue avec son fils au centre des services de renseignements militaires de Yarzé (près de Beyrouth) après avoir été arrêtée avec une carte d’identité falsifiée. Elle doit être interrogée”, a déclaré cette source citée par l’<span class="caps">AFP</span>. “Cette jeune femme de nationalité syrienne a été arrêtée par les services de renseignements militaires alors qu’elle voyageait avec son fils, âgé de 8 ou 9 ans, près (de la ville frontalière sunnite) d’Arsal il y a dix jours”.</p> <p>Toujours selon la source, dont les informations n’ont pas pu être vérifiées indépendamment par euronews, il s’agirait de la seconde femme de Baghdadi. </p> <p>Néanmoins, depuis ces déclarations, des doutes ont été émis par des journalistes et des spécialistes de la région :</p> <p><blockquote class="twitter-tweet" data-conversation="none" lang="fr"><p>(6) la femme arrêtée serait l'épouse d'Anas Jarkas un émir Front alNosra nom de guerre AbuAli le tchétchène originaire de <a href="https://twitter.com/hashtag/Qoussair?src=hash">#Qoussair</a> <a href="https://twitter.com/hashtag/Homs?src=hash">#Homs</a></p>— Wassim Nasr (@SimNasr) <a href="https://twitter.com/SimNasr/status/539748079868850176">2 Décembre 2014</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script></p> <p><blockquote class="twitter-tweet" lang="fr"><p>Doute confirmé la femme arrêtée au <a href="https://twitter.com/hashtag/Liban?src=hash">#Liban</a> n'est PAS l'épouse d'Abu Bakr el <a href="https://twitter.com/hashtag/Baghdadi?src=hash">#Baghdadi</a> émir de l' <a href="https://twitter.com/hashtag/EI?src=hash">#EI</a> <a href="https://t.co/OtN35GAn8Z">https://t.co/OtN35GAn8Z</a> …</p>— Wassim Nasr (@SimNasr) <a href="https://twitter.com/SimNasr/status/539760481834369025">2 Décembre 2014</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script></p> <p>Le tweet suivant dit qu’une source dans l’armée de l’air libanaise confirme que cette femme arrêtée, voyageant avec “deux garçons et une fille” n’est pas la femme de Baghdadi.</p> <p><blockquote class="twitter-tweet" data-conversation="none" lang="fr"><p><a href="https://twitter.com/hashtag/LAF?src=hash">#LAF</a> is confirming Dulaimi was travelling with 2 boys & a girl and that she is NOT Baghdadi's wife.According 2 <a href="https://twitter.com/hashtag/LAF?src=hash">#LAF</a> "he is confrontational"</p>— Elijah J. Magnier (@EjmAlrai) <a href="https://twitter.com/EjmAlrai/status/539757046212878336">2 Décembre 2014</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script></p> <p>La situation devrait s‘éclaircir bientôt : des tests <span class="caps">ADN</span> sont en cours d’analyses pour déterminer si Baghdadi est bien le père des enfants, selon Reuters qui cite une autre source militaire haut placée au Liban.</p> <p>Baghdadi, le chef du groupe <span class="caps">ISIL</span>, s’est auto-proclamé “calife” de tous les musulmans le 29 juin dernier et dirigeant d’un “Etat islamique” comprenant de vastes pans de la Syrie et de l’Irak passés sous le contrôle du groupe djihadiste. Ce dernier est désormais le plus puissant, riche et brutal réseau terroriste au monde, après s‘être affranchi du réseau Al-Qaïda.</p> <p>Arsal, la ville frontalière où la seconde femme et le fils de Baghdadi ont été arrêtés, est selon l’<span class="caps">AFP</span> l’une des seules localités sunnites dans un environnement chiite. Elle est favorable à la rébellion contre le président syrien Bachar al-Assad, alors qu’une grande partie des chiites et notamment le Hezbollah soutient le régime syrien.</p> <p>(avec <span class="caps">AFP</span>)</p>