DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le Premier ministre irakien nie catégoriquement avoir autorisé des frappes iraniennes


Le bureau de Bruxelles

Le Premier ministre irakien nie catégoriquement avoir autorisé des frappes iraniennes

En marge de la réunion de la coalition anti-Etat islamique à Bruxelles, euronews a rencontré le nouveau Premier ministre irakien, Haidar al-Abadi, qui appelle les Occidentaux à demeurer solidaires.

Haidar al-Abadi : “ La communauté internationale doit prendre ses responsabilités. C’est le point principal. Nous avons formulé deux demandes prioritaires aujourd’hui. La première est le maintient de l’aide à l’Irak, la deuxième est la possibilité de constituer un fonds consacré à cette aide pour reconstruire les régions détruites par Daesh. Et nous avons appelé les pays de la coalition représentés ici à augmenter la pression pour interdire toute forme de financement de Daesh. “

euronews : “ Qu’en est-il de la coordination des frappes aériennes ? On parle de frappes iraniennes ? “

Haidar al-Abadi : “ Aucun ordre de frappe ne peut être donné sans notre accord, qu’il vienne de la coalition internationale ou de tout autre pays. Personnellement, je n’ai donné aucun ordre ou autorisation de survol de l’espace aérien irakien. Je nie catérogiquement le fait que cela ait pu se produire avec notre accord. Il y a une coalition internationale, et cette coalition agit lorsqu’elle a l’autorisation du gouvernement irakien. Toute frappe en Irak doit être validée par le gouvernement et la cellule de direction commune aux forces de la coalition, sous la direction des forces armées irakiennes qui sont présidées par le Premier ministre. Et nous n’avons donné aucune autorisation à des avions iraniens, ni à des avions turcs ou de tout autre pays en dehors de la coalition. C’est pourquoi je doute de ces informations. “

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

Handicap et invalidité : la Belgique privilégie les entreprises de travail adapté