DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Gravity : Lara Gut domine Lindsey Vonn


gravity

Gravity : Lara Gut domine Lindsey Vonn

Bienvenue dans Gravity, notre magazine hebdomadaire consacré au ski alpin.

Le premier super-G de la saison est synonyme de première victoire pour Lara Gut dans sa discipline de prédilection, celle où elle a empoché l’hiver dernier son premier globe de cristal.

Sur la piste olympique de Lake Louise, où son petit gabarit n’est pourtant pas un avantage, la Tessinoise fait parler sa science de la glisse.

On peut aussi parler d’expérience, car si elle n’a que 23 ans, elle en est déjà à sa huitième saison sur le circuit.

Lara Gut devance de 37 centièmes de seconde Lindsey Vonn qui devra donc attendre avant de signer sa seizième victoire dans la station parfois rebaptisée “Lake Lindsey”.

La quinzième, c‘était ce samedi en descente après deux hivers gâchés par des blessures au genou droit.

La compagne de Tiger Woods monte sur le podium avec Tina Maze qui avait remporté vendredi la première descente disputée dans les Rocheuses canadiennes.

La Slovène conforte ainsi son dossard rouge de leader de la Coupe du monde.

De l’importance de bien se préparer

Dimanche dernier, notre expert Franck Piccard ne s‘était pas trompé en nous annonçant le retour au premier plan de Lindsey Vonn.

Aujourd’hui, l’ancien champion olympique nous parle de la préparation physique : indispensable durant l‘été pour être performant une fois l’hiver venu.

Franck Piccard : “Le ski alpin est un sport incroyable parce qu’il demande des qualités dans toutes les disciplines. Il demande de l’endurance, de la vitesse, de la musculation et de l‘équilibre, car il faut être capable de s‘équilibrer en l’air. Tous ces paramètres ne peuvent pas se travailler sur les skis, ou que sur les skis. Il faut aller les chercher dans du parachutisme, dans du snowboard, dans du surf, etc. Tant qu’on n’a pas fait toutes ces étapes de la préparation, tant qu’on n’a pas touché à tout ce qui concerne le ski, on aura de la difficulté à bien skier.”

Répétition générale pour les Mondiaux

Trois jours durant, les meilleurs skieurs de la planète ont dévalé la “Birds of Prey”, la piste de Beaver Creek où les championnats du monde auront lieu en février prochain.

Kjetil Jansrud, qui avait remporté les deux précédentes épreuves de vitesse, signe la passe de trois dans le Colorado en s’adjugeant la descente de vendredi.

Le lendemain, le Norvégien est tout près d’enchaîner un quatrième succès, mais il tombe sur un Hannes Reichelt retrouvé.

L’Autrichien, vainqueur à Kitzbühel en janvier dernier, avait dû – juste après – déclarer forfait pour les Jeux olympiques de Sotchi en raison d’une hernie discale

Troisième du super-G, le Français Alexis Pinturault termine deuxième du géant ce dimanche à 18 centièmes de la “référence”, l’Américain Ted Ligety, champion olympique et double champion du monde de la spécialité.

L‘épopée des “Crazy Canucks”

Nous sommes le 7 décembre 1975 et Ken Read crée la surprise à Val d’Isère, en Savoie, en remportant le Critérium de la première neige.

Avec son dossard numéro 1, le jeune Canadien établit un chrono de référence sur lequel viennent buter tous les spécialistes, y compris Franz Klammer, invaincu en descente depuis 310 jours.

A peine deux semaines plus tard, c’est au tour de Dave Irwin de s’imposer à Schladming alors que jusque-là, la vitesse était la “chasse gardée” des grandes nations alpines.

Le secret de Ken Read et Dave Irwin, mais aussi de Davie Murray et Steve Podborski : prendre tous les risques, d’où leur surnom, les “Crazy Canucks”.

*It’s snowtime”

C’est à Courchevel et à Val d’Isère, théâtre des premiers exploits de Ken Read, que la Coupe du monde devait faire escale en fin de semaine.

Faute de neige suffisante dans les Alpes, c’est finalement à Are, en Suède, que les géants et les slaloms ont été déplacés.

En attendant et pour terminer ce numéro de Gravity, voici une sélection des plus belles images du “grand cirque blanc”.

Plus d'infos:

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

gravity

Gravity : Hosp la revenante, Jansrud l'intouchable