DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Barack Obama, premier président à écrire un programme… informatique


monde

Barack Obama, premier président à écrire un programme… informatique

Après avoir souligné à maintes reprises durant sa présidence l’importance de l’informatique et de la programmation pour le futur des Etats-Unis, Barack Obama est passé à l’acte. A l’occasion de la semaine consacrée aux sciences informatiques dans les écoles du pays, il est devenu le premier président américain à écrire un programme pour ordinateur.

Entouré d’élèves d’un collège du New Jersey, le président s’est assis devant un ordinateur à la Maison-Blanche pour écrire quelques lignes de code. Son programme, qui dessine un carré à l’écran, est techniquement tout simple.

Mais, selon Hadi Partovi, un co-fondateur de Code.org, une ONG dédiée à l’éducation à l’informatique, c’est bien l’objectif de la manœuvre. « Toute programmation commence simple » raconte-il à Wired, « Personne ne commence par créer un jeu compliqué ».

Le média, spécialiste des nouvelles technologies, rappelle que l’an dernier le président américain avait, dans une vidéo publiée en ligne, incité les jeunes à étudier l’informatique. « Si nous voulons que les Etats-Unis restent à la pointe, nous avons besoin que les jeunes Américains comme vous maîtrisent les outils et les technologies qui changeront la façon dont nous faisons à peu près tout. »

Il résume aussi l’importance de l’informatique de nos jours par une mise à jour 2.0 de la formule de JFK : « Apprendre ces compétences n’est pas juste important pour votre futur, c’est aussi important pour l’avenir de votre pays ».​

Dans cette vidéo, en anglais, Barack Obama apparaît en train d‘écrire son premier programme, grâce aux indications d’une collégienne. « Doucement, doucement, parce que je suis un vieil homme» plaisante le président américain qui réussit néanmoins sa tâche.

Voir la vidéo de Barack Obama dans lequel il invite les jeunes Américains à développer des compétences en informatique.

Prochain article

monde

Lepaon à l'échafaud ? La CGT pourrait trancher en janvier