DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le message de Malala, la stupeur et la terreur d'un Pakistan abasourdi


Pakistan

Le message de Malala, la stupeur et la terreur d'un Pakistan abasourdi

“Ma famille et moi avons eu le cœur brisé en apprenant qu’une centaine d’enfants et d’enseignants innocents avaient perdu la vie dans cette attaque perpétrée contre une école de Peshawar. Nous soutenons toutes ces familles et tous ces enfants qui ont été blessés et qui souffrent de cette grande tragédie. Et maintenant il est temps de nous unir et j’appelle la communauté internationale, les dirigeants au Pakistan, tous les partis politiques et tout un chacun à se lever et à combattre le terrorisme, nous devons nous assurer que chaque enfant soit en sécurité et reçoive une éducation de qualité. “

La jeune pakistanaise Malala, récompensée récemment d’un nobel de la paix pour son combat en faveur du droit à l‘éducation, a elle-même été victime de ces talibans, il y a deux ans.

Au lendemain de la tragédie, son message aide-t-il à dissiper la stupeur et la terreur qui habitent les gens de Peshawar ? Ce père d’un étudiant témoigne :

“Les parents ont peur d’envoyer leurs enfants à l‘école, que ce soit à Karachi, Lahore ou ailleurs. Leur coeur est rempli de peur qu’il leur arrive quelque chose.”

Trois jours de deuil ont été décrétés par le gouvernement pakistanais. De nombreux commerces et écoles étaient fermés ce jeudi à Peshawar. Les rues sont restées vides. L’atmosphère est pesante. Comme les autorités, la population de la ville condamne l’attaque des talibans :

“Qu’avons-nous fait de mal ? Nous ne sommes pas de l’armée, ou des talibans, mais ils ont tué des enfants. Pourquoi ces terroristes s’en prennent-ils à nous? Je me suis rendu à mon école, mais elle était fermée.”

“C’est un très triste événement. Personne ne devrait commettre ce genre de crime, musulman ou non-musulman. Ces gens n’ont pas de religion.”

A Karachi, des avocats et étudiants pakistanais se sont rassemblés pour exprimer leur soutien aux familles des victimes.

Certains ont demandé des peines plus sévères contre les auteurs de ce crime. Le Premier ministre Nawaz Sharif a annoncé la levée de son moratoire sur la peine de mort dans les cas de terrorisme.

A travers l’Inde voisine, des écoliers, tels que Ramakant Desai, ont manifesté eux-aussi contre les talibans :

“Nous sommes du côté des familles des victimes de ce bain de sang. Je ne peux pas trouver les mots pour dire à quel point nous partageons leur deuil.”

Alors que le pays et la région tout entière sont plongés dans le deuil et la prière, certains nourrissent l’espoir que l’horreur et l’ampleur de cette attaque contre de jeunes civils marqueront un tournant majeur dans l’histoire du pays, que les Pakistanais, ecoeurés par l’extrémisme, feront finalement front commun contre tous les talibans, quelqu’ils soient.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Afghanistan : attaque meurtrière contre la Kabul Bank