DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Pakistan: la peine de mort comme réponse aux actes terroristes


Pakistan

Pakistan: la peine de mort comme réponse aux actes terroristes

Le chef du gouvernement pakistanais, Nawaz Sharif, a fait savoir ce mercredi qu’il levait le moratoire sur la peine de mort dans les cas de terrorisme. La peine capitale est souvent prononcée au Pakistan mais n’est plus appliquée depuis 2008.

Cette annonce du Premier ministre intervient au lendemain de l’attaque menée par des talibans contre une école à Peshawar. Une attaque particulièrement odieuse, à en croire les témoignages des rescapés. Couché sur son lit d’hôpital, Mehran Khan raconte ce qui s’est passé ce mardi lorsque le commando a pénétré dans l‘école. “On s’est caché dans un vestiaire et on a fait semblant d‘être mort, explique-t-il. Les assaillants sont passés, et leur attention a été retenue notamment par notre enseignante. Alors, ils lui ont tiré dans la tête pour bien s’assurer qu’elle était morte. Ensuite, ils ont mis le feu à ses vêtements.”

Le commando taliban a tué au moins 141 personnes dont 132 enfants. C’est l’attaque terroriste la plus sanglante de l’histoire du pays. Les premiers enterrements ont eu lieu dans la soirée. Un deuil national de trois jours a été décrété.

Dans tout le pays et bien au-delà, c’est l’indignation. Parmi les nombreuses condamnations, celle assez inattendue émanant des talibans afghans qui, eux-même, commettent fréquemment des attentats. Dans un communiqué, ils ont souligné que “le meurtre prémédité d’innocents est contraire aux principes de l’islam”.

L’attaque menée contre l‘école de Peshawar a été revendiquée par le Mouvement des talibans du Pakistan (TTP), qui dit vouloir se venger des récentes offensives de l’armée dans ses bastions, près de la frontière afghane.
En réponse, l’armée pakistanaise a réaffirmé sa détermination à poursuivre ses opérations contre les insurgés talibans.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Prise d'otage de Sydney: Le Premier ministre promet de faire toute la lumière