DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Airbus livre son dernier né, l'A350, à Qatar Airways

Qatar Airways a réceptionné ce lundi à Toulouse, le tout premier A350-900, dernier né de l’avionneur européen Airbus. Une livraison retardée d’une

Vous lisez:

Airbus livre son dernier né, l'A350, à Qatar Airways

Taille du texte Aa Aa

Qatar Airways a réceptionné ce lundi à Toulouse, le tout premier A350-900, dernier né de l’avionneur européen Airbus. Une livraison retardée d’une dizaine de jours pour répondre aux exigences du client en matière de finitions.

Premier Airbus conçu majoritairement à base de fibre de carbone, ce biréacteur est plus léger que les long-courriers traditionnels et consomme ainsi un quart de moins de kérosène que ces derniers. Il effectuera son premier vol commercial le 15 janvier sur la ligne Doha-Francfort. Au total, le transporteur qatari en a commandé 80 exemplaires.

L’aboutissement de huit ans et 10 milliards d’euros d’investissement pour Airbus qui prévoit de passer d’une production de deux à 10 avions par mois à compter de 2018.

Avec 778 commandes fermes dès la fin novembre, l’A350 constitue la réponse européenne au 787 Dreamliner de l’Américain Boeing qui a accumulé 1.055 commandes fermes depuis son lancement en 2011.

L’interview : Akbar al-Baker, PDG de Qatar Airways

Joanna Gill, euronews :

La livraison s’est faite avec du retard sur le calendrier, est-ce que cela vous a inquiété ?

Akbar al-Baker, PDG de Qatar Airways :

Non, pas du tout. Cela ne nous a pas inquiétés, la date qui nous a été donnée pour la première livraison nous convenait et Airbus a tenu son engagement de nous livrer l’appareil au dernier trimestre 2014.

Joanna Gill, euronews :

Vous avez dit qu’avec le développement régional et long courrier de Qatar Airways, le besoin d’un appareil offrant confort et technologie de pointe se faisait sentir. Comment Airbus vous a-t-il séduit ?

Akbar al-Baker, PDG de Qatar Airways :

Nous avons été la première compagnie aérienne à passer commande il y a sept ans. Et c’est grâce à la commande de 80 appareils par Qatar Airways que le programme a pu être lancé.

Joanna Gill, euronews :

Qu’est-ce qui rendait Airbus plus attrayant que Boeing ?

Akbar al-Baker, PDG de Qatar Airways :

Il faut garder à l’esprit que cet appareil a été lancé après le 787 Dreamliner de Boeing et Airbus avait pour ambition de construire un avion technologiquement supérieur au 787.

Joanna Gill, euronews :

Comment répond-il aux besoins des passagers ?

Akbar al-Baker, PDG de Qatar Airways :

Vous savez, les passagers veulent toujours un siège, ils veulent un bon repas et ils veulent arriver de A à B à l’heure. Les passagers ne rentrent pas dans les détails, mais ce qui est important pour les clients de Qatar Airways c’est qu’ils peuvent avoir accès à un produit qui est de loin supérieur à la concurrence.

Joanna Gill, euronews :

Supérieur à Boeing dans ce cas ?

Akbar al-Baker, PDG de Qatar Airways :

Gardons à l’esprit que cet appareil est livré quatre ans après la première livraison du premier 787, donc ils ont incorporé au nouvel Airbus les avancées technologiques de ces quatre dernières années.

Joanna Gill, euronews :

Airbus avance que son appareil consomme 25 % de moins de kérosène. Est-ce que cela en fait un investissement rentable ?

Akbar al-Baker, PDG de Qatar Airways :

Absolument, surtout quand on sait que ce qui revient le plus cher dans l’exploitation d’un avion, c’est le kérosène. Donc moins un appareil consomme, mieux c’est pour la compagnie aérienne et ses bénéfices.

Joanna Gill, euronews

Les prévisions de bénéfices des compagnies aériennes s’envolent avec la chute des cours du brut. Chez vous aussi ?

Akbar al-Baker, PDG de Qatar Airways :

Comme toutes les compagnies aériennes, nous allons faire plus de bénéfices que par le passé grâce à la baisse du prix du carburant.