DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Massacre au Pakistan : une semaine après


Pakistan

Massacre au Pakistan : une semaine après

La tension est toujours palpable à Peshawar, la ville dans laquelle il y a exactement une semaine 148 personnes, la plupart des enfants, ont été massacrées par des commandos talibans. Des soldats ont toujours postés aux portes de l‘école. Les parents venant récupérer les affaires de leurs enfants sont contrôlés par les militaires.

Cette mère dont l’enfant a survécu à l’attaque, dit que les enfants n’oublieront jamais le drame qu’ils ont vécu:

Shahida Sardar :
“Les enfants qui ont survécu font tous des cauchemars depuis l’attaque. Les scènes de l’attaque leur reviennent tout le temps à l’esprit. La douleur est toujours là, les plaies restent à vif. Nous ne savions pas ce qui allait se passer. Chaque mère avait envoyé ses enfants à l‘école tranquillement”.

Cette attaque est l’acte terroriste le plus meurtrier de l’histoire du Pakistan. Elle a été condamnée dans le monde entier. La communauté internationale fait pression sur Islamabad pour éradiquer les rebelles.

“Ma douleur et celle de tous ceux qui ont perdu leurs proches ne doit servir qu‘à renforcer notre détermination contre les talibans”, dit Sharif Gul, qui a perdu son fils dans l’attaque.

Les autorités de leur côté, préviennent que d’autres attaques pourraient avoir lieu :
“Nous recevons des informations de tout le pays comme quoi les rebelles prépareraient une autre attaque aussi sauvage et inhumaine. Nous devons rester vigilants”

L’attentat a été revendiqué par le Tehreek-e-Taliban, un groupe militant islamiste pakistanais qui tente de renverser le gouvernement.

Selon les observateurs, les opérations militaires ou les exécutions des activistes ne suffiront pas à éradiquer cette organisation terroriste.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

La situation en Asie Centrale inquiète Poutine