DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Ukraine : un pas vers l'Otan


Ukraine

Ukraine : un pas vers l'Otan

Selon de nombreux sondages indépendants, entre 2005 et 2013, l’opinion publique ukrainienne a peu soutenu l’adhésion à l’Otan. Même en mars 2013, 51 % des Ukrainiens rejetaient cette idée, contre 40 % pour.

Mais les choses ont changé de façon spectaculaire avec l’intervention de la Russie en Crimée.

Depuis l’annexion de la péninsule, et le développement des hostilités dans l’est du pays, 54 % des Ukrainiens sont favorables à l’entrée dans l’Otan. Et seulement 43 % ont dit «non».

Valeriy Khmelko, président de l’Institut international de sociologie de Kiev :
“Les relations entre l’Ukraine et la Russie sont devenues de plus en plus complexes et les gens, qui pensaient que la Russie était un pays ami, avec une politique amicale, ont changé d’avis, et la situation a changé.”

Les relations Otan-Ukraine ont été officiellement lancées en 1991, quand l’Ukraine a rejoint le Conseil de partenariat euro-atlantique. Après la «Révolution orange», le président Viktor Iouchtchenko a été invité à plusieurs reprises à participer à des sommets de l’Otan.

Le gouvernement ukrainien espérait alors pouvoir rejoindre le Plan d’action pour l’adhésion à l’Otan au sommet de Bucarest en Avril 2008, ce ne fut pas le cas :

L’ancien premier ministre ukrainienne Ioulia Timochenko : “la raison avancée par les pays qui ont rejeté un plan d’action pour le partenariat avec l’Ukraine, c’est que les Ukrainiens étaient contre. Et c‘était vrai. A ce moment-là, 17 à 20 % seulement des Ukrainiens étaient pour l’adhésion à l’Otan”.

En 2010, Viktor Ianoukovitch dirige le pays, et les textes de lois stipulent clairement le non-alignement. Il est dit que l’Ukraine ne cherchera aucune adhésion à des alliances politico-militaires.

Oleksandr Sushko, directeur de recherche de l’Institut de coopération euro-atlantique, explique : “on espérait que le non-alignement serait un engagement suffisant pour la Russie, que ça la rassurerait, que ça permettrait la reconnaissance par la Russie de l’Ukraine en tant qu’Etat, y compris de ses frontières et de son intégrité territoriale. Et nous avons vu que ces espoirs étaient infondés, naïfs”.

Un retour à la situation d’avant 2010 pour l’Ukraine, prête désormais à apporter sa contribution à la sécurité et la défense européenne, en préanbule à l’Otan.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Des acte de sabotage sur une ligne à grande vitesse à Bologne en Italie