DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Pilote capturé par l'Etat Islamique : Washington réfute la version des jihadistes


Irak

Pilote capturé par l'Etat Islamique : Washington réfute la version des jihadistes

Des photos d’un pilote jordanien exhibées comme des trophées de guerre. L’organisation Etat islamique inonde les sites jihadistes de clichés tentant à prouver qu’elle a bien abattu un avion militaire jordanien ce mercredi en Syrie et capturé son pilote.

Le sous-lieutenant de 26 ans serait, en effet, aux mains de l’EI, dans la région de Raqqa.

En revanche, les versions divergent quant au crash de l’appareil.

Les Etats-Unis auraient la preuve que l’avion de la coalition n’a pas été torpillé par les jihadistes, preuve non divulguée pour l’instant.
Le groupe terroriste a indiqué, de son côté, avoir utilisé un missile sol-air pour abattre le F-16.

“Le secrétaire général de l’ONU a demandé aux ravisseurs de traiter le pilote selon les règles du droit humanitaire international. Ban Ki-moon suit évidemment de très près l‘évolution de ce dossier et du conflit armé en Syrie”, a ajouté Stéphane Dujarric, le porte-parole du secrétaire général des Nations Unies. “Il est très préoccupé par la violence dans le pays et notamment par l’utilisation de bombes baril dans des zones peuplées”.

Plus d’un millier de jihadistes ont été tués en trois mois par les frappes de la coalition menée par les Etats-Unis, en particulier dans le nord de la Syrie.

Dans le pays, le conflit continue de faire chaque jour de nombreuses victimes.

D’après des images amateur publiées sur les réseaux sociaux, la ville d’Al Rastan, au nord de Homs, a été frappée par ces bombes baril : des engins bourrés d’explosifs, de clous ou de combustibles.

D’après les auteurs de ces images, les forces du régime de Bachar Al-Assad mènent une campagne de bombardements dans de nombreuses villes comme Homs, Alep ou Damas.

Depuis près de 4 ans, la guerre civile en Syrie a fait plus de 200 000 morts.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

"L'interview qui tue" sur internet