DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Il y a dix ans, l'enfer au paradis

C‘était il y a exactement 10 ans. Images stupéfiantes d’un tsunami sans précédent. Après un séisme d’une magnitude de 9,3 sur l‘échelle de Richter au

Vous lisez:

Il y a dix ans, l'enfer au paradis

Taille du texte Aa Aa

C‘était il y a exactement 10 ans. Images stupéfiantes d’un tsunami sans précédent. Après un séisme d’une magnitude de 9,3 sur l‘échelle de Richter au large de l‘île indonésienne de Sumatra, des vagues de 30 mètres déferlent sur les côtes d’Indonésie, du Sri Lanka, d’Inde et deThaïlande… En seulement quelques heures, des plages paradisiaques deviennent des enfers.

Les vagues gigantesques provoquées par le séisme n’ont pas seulement frappé l’Asie du Sud-Est, mais aussi les pays de l’Afrique de l’est. Au total, la catastrophe aura fait plus de 230 mille morts. Le séisme était si fort que l’axe de la terre a bougé d’un centimètre.

Pourquoi, en ce début de 21 ème siècle, le monde n‘était-il pas prêt face à une telle catastrophe? Depuis 10 ans, on tente d’apporter une réponse à cette question.
Première explication : exceptées la Thaïlande et l’Indonésie, il n’existait aucun système de prévention pour alerter les populations du littoral. Ce qui a fortement augmenté le nombre de mort et blessés.

Par ailleurs, le séisme a été connu à temps. Mais les réactions n’ont pas suivi comme il le fallait. Les responsables n’ont pas averti les populations, car ils craignaient que l’information soit fausse, et qu’elle soit fatale pour l’image paradisiaque de leurs pays…

Des réticences et une lenteur bureaucratique qui ont décidé du destin de milliers de familles.

“10 ans ont passé, et chaque fois que je retourne sur place, je ne peux que pleurer et encore pleurer, explique cette Vasantha. Mon esprit n’est plus en paix, j’ai perdu trois enfants dans le tsunami, et même si j’ai eu un autre enfant, je ne pourrai jamais oublier.”’

La communauté internationale a rapidement réagi à la catastrophe. La mort de 2 000 touristes étrangers là-bas a aidé à accélérer le processus d’aide. A ce jour, l’aide financière a atteint les14 milliards de Dollars. Mais est-ce suffisant pour guérir les blessures?

Pour Lakshmi, rien ne sera plus comme avant : “une fois les aides dépensées, les soucis ont vraiment commencé. S’occuper de la famille est devenu très dur, nous avons vraiment du mal, mon père ne se soucie pas de nous, il s’est mis à boire, et il est devenu violent.”