DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

2014, une année noire pour l'aviation commerciale

Malaysia Airlines, TranAsia Airways, Air Algérie, Air Asia... En 2014, les accidents d'avions n'avaient pas fait autant de morts depuis dix ans.

Vous lisez:

2014, une année noire pour l'aviation commerciale

Taille du texte Aa Aa

2014 restera une année noire pour l’aviation commerciale. La série avait commencé le 8 mars avec la disparition du vol MH370 de la Malaysia Airlines. Parti de Kuala Lumpur, direction Pékin, avec 239 personnes à bord, l’appareil avait émis son dernier signal au-dessus de l’océan Indien, sept heures après son décollage. Malgré des recherches colossales, les plus importantes et les plus coûteuses de l’histoire, l’avion reste à ce jour introuvable.

Fait rarissime, la Malaysia Airlines sera endeuillée une seconde fois, le 17 juillet, quand un autre de ses Boeing est abattu par un missile au-dessus de l’est de l’Ukraine. 298 personnes, dont une majorité de Néerlandais, périssent dans le crash. Le lendemain, les autorités européennes interdissent le survol de la région.

Quelques jours plus tard, le 23 juillet, c’est un ATR-72 de TranAsia Airways qui s’ecrase lors d’une deuxieme tentative d’atterrissage sur une île de Taiwan. Le vol avait été retardé à cause d’un typhon. L’appareil à hélices s’est écrasé sur une zone résidentielle près de l’aéroport. Sur les 58 passagers, dix ont survécu à l’accident.

Le lendemain, c’est au Mali que s‘écrase, pour une raison encore inconnue, le vol 5017 d’Air Algérie. L’appareil, un MacDonnell Douglas MD-83, opéré par la compagnie Swiftair, est tombé une demi-heure après son décollage de Ouagadougou. Les mauvaises conditions météorologiques sont avancées pour expliquer ce crash qui n’a fait aucun survivant.

En 2014, les accidents d’avions ont fait plus de morts que la moyenne annuelle des cinq dernières annéés. Pourtant, la sécurité ne cesse de progresser : les tests avant l’entrée en service des nouveaux appareils sont très exigeants et les systèmes de navigation automatiques sont de plus en plus sophistiqués. Chaque accident sert à améliorer la sécurité aérienne. Le drame du Rio-Paris en 2009 a ainsi conduit la compagnie Air France à prolonger de 30 à 90 jours la durée d‘émission des balises des boîtes noires. Par ailleurs, ses avions émettent leurs positions toutes les dix minutes,
voire toutes les minutes, en cas de déviation de trajectoire. Des mesures qui ne sont pas encore obligatoires.