DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Berlin veut qu'Athènes reste dans la zone euro, mais refuse toute renégociation de la dette grecque

Cette précision de la chancellerie fait suite à la publication d’un article controversé sur le site de Der Spiegel. Le magazine allemand juge une

Vous lisez:

Berlin veut qu'Athènes reste dans la zone euro, mais refuse toute renégociation de la dette grecque

Taille du texte Aa Aa

Cette précision de la chancellerie fait suite à la publication d’un article controversé sur le site de Der Spiegel. Le magazine allemand juge une sortie de la Grèce “inévitable” et selon lui, Berlin pense que la zone euro saurait y faire face.

“Personne ne veut que la Grèce sorte de la zone euro, cela coûterait beaucoup d’argent et annulerait quatre années de réformes du pays. Nous espérons que les législatives permettront à la Grèce de garder un cap pro-européen”, précise le député allemand de la CDU Ralph Brinkhaus.

“Je pense que l’on assiste à une tentative d’influencer les élections en Grèce”, rétorque Bernd Riexinger, président de Die Linke (opposition de gauche). “C’est totalement inopportun. Les Grecs doivent décider, et s’ils choisissent d‘élire Syriza, leur décision devra alors être respectée.”

Incapable d‘élire un président, le Parlement grec a dû convoquer des élections anticipées dont le favori est le parti radical de gauche Syriza. Présicions du conseiller économique du parti grec, Theodoros Paraskivopoulos : “Nous voulons rester dans la zone euro. Mais nous exigeons de pouvoir renégocier la dette grecque afin de trouver un moyen viable de la rembourser.”

Le ton donné par Syriza semble convaincre les manifestants qui se réunissent régulièrement à Athènes pour protester contre les cures d’austérités successives impopulaires dans le pays.