DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La Grèce mais surtout la faiblesse de la croissance font reculer l'euro


économie

La Grèce mais surtout la faiblesse de la croissance font reculer l'euro

Sur le marché des changes les investisseurs ont vendu et vendent toujours de l’euro à tour de bras depuis plusieurs semaines. Pas seulement à cause des commentaires de la classe politique allemande sur une possible sortie de la Grèce de la zone euro mais surtout à cause de la faiblesse de la croissance dans cette zone euro. C’est ce qui explique en grande partie la chute de l’euro face au dollar.

“On constate que le débat sur la Grèce occupe le devant de l’actualité dans les médias et inquiète les investisseurs actuellement. Mais, explique Christian Kahler, analyste chez DZ Bank, la baisse de l’euro vient surtout des réformes nécessaires en France et en Italie qui ne sont toujours pas mises en place, et c’est ce qui provoque l’incertitude de pas mal d’investisseurs. Voilà pourquoi toujours plus d’argent traverse l’océan atlantique pour rejoindre les Etats Unis”.

L’euro est tombé lundi sous le seuil de 1 dollar et 19 cents à 1 dollar 1860 avant de remonter légèrement mais ce niveau de l’euro est le plus faible enregistré depuis mars 2006 vis-à-vis du dollar.

Certains analystes estiment que la volonté du parti grec Syriza de renégocier la dette grecque s’il arrive au pouvoir fragilise la zone euro et pose des questions sur sa cohérence et même sa survie. Le débat qui avait atteint son apogée il y a trois ans, revient au premier plan.

“La Grèce est très importante pour la zone euro explique notre analyste Fidel Helmer de Hauck & Aufhaüser Bank car une sortie de la Grèce de l’euro raviverait les craintes de sorties d’autres pays membres. Et ceci entraînerait alors une panique bancaire, les clients des banques voulant retirer en urgence leurs économies”.

La crainte de l’issue des élections en Grèce à la fin du mois de janvier et la possible remise en cause des négociations avec l’Union européenne ont provoqué une forte baisse de l’indice vedette de la bourse d’Athènes qui reculait lundi soir en clôture de plus de 5%.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

économie

La baisse des cours du brut fait encore plonger la monnaie russe