DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

"La France est attaquée non pas pour ce qu'elle fait, mais pour ce qu'elle est"


France

"La France est attaquée non pas pour ce qu'elle fait, mais pour ce qu'elle est"

L‘émotion, l’Effroi, le Choc en France.

Nous sommes en duplex avec François Heisbourg, président de l’Institut International d‘Études Stratégiques.

Fabien FARGE, Euronews : François Heisbourg, l’attentat meurtrier de Charlie Hebdo, quelle signification lui donnez-vous ?? Pourquoi cibler ce journal en particulier et la presse en général ?

François Heisbourg : “le choix de cible montre qu’elle est, que les organisateurs de l’attentat ne cherchaient pas particulièrement à influer sur la stratégie de la France ou sur la politique de la France mais voulaient attaquer la démocratie et la liberté. Charlie Hebdo étant un journal d’une insolence particulière, les caricaturistes tués qui n‘étaient pas particulièrement tendres vis-à-vis de la politique française notamment militaire. Cabu était un grand anti-militariste devant l‘éternel. Non les terroristes ont vraiment cherché une cible symbolique de ce qui différencie le terrorisme islamique des civilisations libres, démocratiques. C’est en soi intéressant, car d’autres groupes terroristes à d’autres moments ont cherché à influer sur la politique de l’Etat, ce n’est pas le cas en ce qui concerne cet attentat”.

Fabien FARGE, Euronews : cet attentat, vous le savez, beaucoup d‘émotion, beaucoup d’effroi, de choc, peut-on faire d’ores et déjà dans ce climat des hypothèses crédibles sur les éventuels commanditaires de cet acte ? Avez-vous des informations en lien avec l’enquête ?

François Heisbourg : “il faut à ce stade je crois rester extrêmement prudent. Ce que l’on sait, c’est que l’opération a été conduite de façon professionnelle, militaire avec une très grande économie dans la gestuelle des terroristes, une très grande discipline de feu. Cela ressemble beaucoup au plan opérationnel aux commandos qui avaient opéré à Bombay il y a quelques années en Inde. Ce sont des tueurs qui ont été entraînés pour commettre ce type d’opération et pour les cas échéants, la répéter. Ce n‘étaient pas des kamikazes. Si on devait découvrir par la suite qu’ils ont été entraînés par Daech ou un groupe semblable à Daech, je n’en serai pas surpris mais à ce stade on ne peut avancer que des hypothèses et le plus urgent à ce stade, c’est de les attraper car ils sont toujours à ma connaissance dans la nature avec la capacité de commettre de nouveaux attentats”.

Fabien FARGE, Euronews : Alors justement, il y avait pourtant une cible qui avait été désignée par avec Charlie Hebdo par Al Qaïda lors justement d’une des publications du prophète Mahomet, est ce que par exemple on peut d’ores et déjà dire que Al Qaïda est derrière tout ça ?

François Heisbourg : “on ne peut pas tirer de conclusion en ce qui concerne l’identification du commanditaire par contre votre remarque est très importante car vous savez un combat en ce moment entre Daech et Al Qaïda, pour savoir qui va incarner la recherche du califat car Al Qaïda avait aussi l’ambition d‘établir le califat et ceci peut expliquer à la fois le choix de la cible et le fait que les terroristes n’est pas voulu lancer un message d’influence sur la stratégie de la France et je ne serai pas surpris que les commanditaires de cet attentat aient inscrit leur geste dans la lutte pour une part particulière du marché du jihadisme, si je puis employer cette expression pour pouvoir motiver ses propres recrues et pour pouvoir en attirer des nouvelles au dépens de l’organisation concurrente. La logique du choix de la cible ne peut pas s’expliquer très facilement en dehors de ce type de schéma”.

Fabien FARGE, Euronews : la France était-elle une cible particulière, elle l’a déjà été par le passé, de nombreuses fois, durement meurtrie même. Pourquoi est-elle à nouveau une cible particulière en matière terroriste, selon vous ?

François Heisbourg : “la France n’a jamais cessé d‘être une cible du terrorisme depuis la fin des années 90. A l‘époque, où on avait élaboré le premier livre blanc sur le terrorisme en 2005, on avait recensé une moyenne de deux attentats majeurs déjoués chaque année entre 1998 et 2005. Et à ma connaissance, le rythme ne s’est pas ralenti depuis. Ce qui s’est passé c’est que les services de sécurité ont dans l’ensemble pu déjouer la plupart des attentats, et jusqu‘à l’affaire Merah et maintenant cette nouvelle et très inquiètante affaire, très inquiétante à cause du professionnalisme des moyens et la capacité pour l’organisation qui a organisé cet attentat d’en commettre d’autres du même genre. Et pourquoi la France, parce que la France incarne tout ce que ces forces, Al Qaïda ou Daech récusent : la France, c’est l’insolence, la liberté, c’est l’expression. Charlie Hebdo qui avait inscrit son action de celle du journal danois qui lui-même avait été attaqué par des terroristes à l‘époque des premières caricatures où figurait le prophète Mahomet. Le choix de la cible montre bien que la France est attaquée non pas pour ce qu’elle fait, mais pour ce qu’elle est. Et là, pour le coup, le combat prend un caractère absolu, il n’y a pas de compromis possible avec ce type de forces”.

Fabien FARGE, Euronews : comment peut-on éviter de nouvelles attaques en France, en Europe, en Occident ? Pensez-vous d’ailleurs que d’autres actes de cette nature peuvent se reproduire non seulement en France ou ailleurs en Europe ou en Occident ?

François Heisbourg : “les réponses sont banales, elles sont connues mais elles ne sont pas faciles à mettre en oeuvre. C’est plus de moyens pour les services de sécurité, les services de police, de justice et dans le cas de la France, en particulier, le renforcement des moyens de la direction générale pour la sécurité intérieure qui a été créée tout récemment et qui est un service dont la croissance ne fait que démarrer. Et au plan européen, un renforcement de la coopération qui n’est déjà pas mauvaise entre les services de tout ordres engagés dans la lutte contre le terrorisme entre les Etats européens et leurs partenaires à l‘étranger”.

Fabien FARGE, Euronews : faut-il rapprocher l’attentat de Paris avec les attaques d’Ottawa et de Sydney ou s’agit-il d’attaques sans lien entres elles ?

François Heisbourg : “je crois que là, il faut vraiment attendre, l’aboutissement des trois enquêtes. Car il s’agit évidemment de trois affaires différentes et l’affaire d’Ottawa et de Sydney n‘étaient pas marquées par le même niveau de professionnalisme, d’efficacité dans l’exécution dans tous les sens de cet épouvantable mot et qui a caractérisé hélas l’opération à Paris, aujourd’hui, qui a été l’acte de terrorisme le plus meurtrier que la France ait vécue depuis la fin de la guerre d’Algérie sur son territoire”.

Fabien FARGE, Euronews : François Heisbourg, merci d’avoir répondu à mes questions.

Prochain article

monde

Tristesse et indignation dans les rues de Paris