DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Fusillade au sud de Paris, une policière tuée, le tireur en fuite


France

Fusillade au sud de Paris, une policière tuée, le tireur en fuite

Une fusillade a éclaté ce jeudi matin à Montrouge (Hauts-de-Seine), au sud de Paris, faisant un mort. Le tireur a fait feu sur des policiers municipaux, un agent de voirie et une policière, peu après 8H00, à l’arme automatique. Il est toujours en fuite. La policière est décédée des suites de ses blessures, son collègue est grièvement blessé. Dans le cadre de l’enquête, un homme âgé de 52 ans avait été interpellé peu après les faits. D’après les premiers éléments, il n’y a “pas de lien établi avec l’attentat de Charlie Hebdo”, selon des sources proches du dossier.

L’homme était porteur d’un gilet pare-balles, d’une arme de poing et d’un fusil mitrailleur. Vers 08H19, il a tiré dans le dos en direction des policiers qui intervenaient sur un accident de la circulation. Les tirs se sont produits à proximité de la porte de Châtillon, dans le sud de Paris.

Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a quitté en urgence la réunion de crise autour de François Hollande, organisée au lendemain de l’attentat commis contre le journal Charlie Hebdo, pour se rendre sur place. Il a appelé à la “maîtrise” et au “sang-froid”, pour faciliter “le dénouement des enquêtes en cours dans les meilleurs conditions”.

Sur les lieux de cette nouvelle fusillade, un habitant de la rue Ahmed Sassi, 38 ans, a décrit “une scène de panique”. Depuis la fenêtre de sa cuisine, cet habitant raconte avoir vu “un policier, debout, puis un autre monsieur en habit sombre qui courait” avant de “l’abattre à bout portant et de courir”. “J’ai vu le policier (tombé) par terre et son collègue qui appelait à l’aide”, a dit Ahmed Sassi.

Par ailleurs, une explosion d’origine criminelle s’est produite jeudi matin vers 6H00 à Villefranche-sur-Saône (Rhône) devant un restaurant kebab près de la mosquée, sans faire de victime. “C’est criminel”, a indiqué une source préfectorale à l’AFP. L’enquête a été confiée à la police judiciaire. Le parquet de Villefranche-sur-Saône devait tenir un point-presse sur place sur les premières conclusions de l’enquête de la police scientifique.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Solidarité de la presse internationale : "Je suis Charlie", à la Une