DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Loups solitaires ou commando, le même sang froid


France

Loups solitaires ou commando, le même sang froid

Le 26 novembre 2008 Bombay est le scénario d’attaques coordonnées contre 7 cibles, dont l’hôtel Taj Mahal. Un commando de 10 pakistanais, associés au groupe terroriste Lashkar-e-Tayyiba, lourdement armé. Ils tuent 164 personnes et tiennent en échec les forces de l’ordre 3 jours durant.

Une opération terroriste similaire a lieu le 21 septembre 2013 à Nairobi, au Kenya. Cette fois, c’est le centre commercial Westgate qui est ciblé. Un commando de six hommes équipés d’armes automatiques et de grenades, tue de sang froid 68 personnes et fait 200 blessés. L’armée met jusqu’au 24 septembre pour maîtriser la situation. Le groupe islamiste al-Shabaab revendique l’assaut.

On retrouve le même sang froid des attaquants de Charlie Hebdo, comme le souligne l’expert Claude Moniquet : “utiliser une arme de ce genre, dans un tel contexte, avec les gens qui crient, le sang, la fumée, le bruit, l‘énorme stress de tuer des gens… Il faut être habitué pour cela. Il faut être formé.”

Détermination et sang froid aussi chez le tireur qui avait semé la panique le 22 octobre 2014 à Ottawa, la capitale canadienne. Là, c’est un “loup solitaire”, un canadien considéré comme “un voyageur à haut risque” par les services de renseignements, qui est entré dans le parlement après avoir tiré sur deux militaires, dont un est décédé.

Un profil similaire à celui de l’homme qui avait pris en otage 17 personnes dans un café à Sidney le 15 décembre 2014. L’assaut de police se termine par deux otages morts, ainsi que le terroriste. L’homme était connu de la police pour des faits de violence.

La France avait aussi connu l’attaque d’un loup solitaire en mars 2012. Le tireur Mohamed Merah avait tué de sang froid 7 personnes à Toulouse et Montauban, avant d‘être abattu par la police après 30 heures de siège. Il se disait inspiré par Al Qaeda.

“Dans le passé, nous avions quelques centaines de personnes dangereuses dans toute l’Europe. Aujourd’hui, nous avons au moins plusieurs centaines de personnes dangereuses dans chaque pays européen. Soit des milliers de personnes dangereuses en Europe” considère l’expert Claude Moniquet.

Le 22 mai 2014, le Royaume Uni avait été horrifié par cette vidéo montrant les corps sans vie d’un jeune soldat britannique et de ses deux tueurs. Les hommes, des britanniques convertis à l’islam l’avaient renversé, poignardé et presque décapité en pleine rue au sud de Londres.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Charlie Hebdo : "Il ne faut pas que ce soit un tournant"