DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le bonheur, nouveau moteur de la croissance européenne ?

Les résolutions prises pour la nouvelle année sont peut-être déjà de l’histoire ancienne. Qu’importe, Real Economy a décidé de commencer 2015 en vous

Vous lisez:

Le bonheur, nouveau moteur de la croissance européenne ?

Taille du texte Aa Aa

Les résolutions prises pour la nouvelle année sont peut-être déjà de l’histoire ancienne. Qu’importe, Real Economy a décidé de commencer 2015 en vous dévoilant les secrets de l‘économie du bonheur.

Les indicateurs traditionnels – PIB en tête -, s’ils sont efficaces pour évaluer les hauts et les bas de l‘économie à court terme, peinent en revanche à mesurer le degré de bonheur d’une société. Le moment semble donc venu de diversifier les instruments de mesure. En plus des indices objectifs, comme le revenu disponible, un nombre croissant d‘économistes préconise l’utilisation d’indices subjectifs comme notre niveau de satisfaction dans la vie, notre espérance de vie en bonne santé, le lien social ou encore notre faculté à pouvoir choisir librement.

Heureux un jour, heureux toujours

Pour Lord Richard Layard, l’un des auteurs du dernier rapport sur ‘le bonheur humain dans le monde’ publié par les Nations Unies, le bonheur est un sentiment parfaitement mesurable. Il suffit pour cela de demander aux gens comment ils se sentent et s’ils sont satisfaits de leur vie, puis de valider leurs réponses par des politiques adaptées. Repenser les priorités budgétaires est aussi un élément-clé. Enfin, Lord Richard Layard rappelle que tout se joue dès l’enfance ou presque : un enfant heureux deviendra un adulte heureux. D’où l’intérêt, selon lui, de mettre l’accent sur la santé émotionnelle des enfants et plus uniquement sur leurs résultats scolaires.

Croissance et bonheur ne sont pas incompatibles

L‘économiste Jean-Paul Fitoussi est sur la même longueur d’onde. Les hommes politiques devraient se concentrer davantage sur les préoccupations de leurs administrés que sur leurs chances de réélection.
Le bonheur est vendeur, il suffit d’y croire. Prenez par exemple, l‘économie verte. Si vous investissez dans les nouvelles technologies liées à l’environnement et à l‘énergie, vous allez générer des revenus, explique-t-il. Et dans la mesure où ces revenus sont redistribués équitablement, la preuve est faite que la recherche de la croissance et les besoins du plus grand nombre ne sont pas nécessairement contradictoires.

Les Néerlandais : heureux à la ville comme à la scène

Enfin, Real Economy s’intéresse au cas des Pays-Bas souvent cités comme l’un des cinq pays au monde affichant l’indice de satisfaction le plus élevé.

De fait, le gouvernement joue à fond la carte, notamment, de la flexibilité du temps de travail, afin de permettre à tous de concilier vie professionnelle et vie privée. Ainsi, 75 % des jeunes mères choisissent-elles de travailler à temps partiel sans voir pour autant leur salaire se réduire à peau de chagrin. Il semblerait que les pères soient aussi de plus en plus nombreux à s’y mettre. Mais la mesure va plus loin : outre une meilleure organisation familiale, elle permet aussi une plus grande égalité homme / femme en général.