DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Opération antiterroriste en Belgique : deux morts et quinze interpellations

Pour la justice belge, le risque d’attentat était maximal.

Vous lisez:

Opération antiterroriste en Belgique : deux morts et quinze interpellations

Taille du texte Aa Aa

Pour la justice belge, le risque d’attentat était maximal. Une cellule terroriste s’apprêtait « à tuer des policiers » dans le royaume. Des interventions ont été menées dans plusieurs villes, notamment dans la capitale, Bruxelles. Au total, ce sont quinze personnes, dont deux en France, qui ont été arrêtées dans le cadre de cette opération d’envergure. Hier soir, deux djihadistes présumés ont été tués à Verviers, dans l’est du pays, lors d’une fusillade.

Point of view

Tuer des policiers

Selon le parquet fédéral, « le groupe était sur le point de commettre des attentats terroristes, notamment en tuant des policiers sur la voie publique et dans les commissariats ». « C‘était une question d’heures peut-être, au maximum quelques jours », a précisé un substitut du procureur. L’un de ses collègues a ajouté qu’« ils prévoyaient des attaques sur l’ensemble de la Belgique ».

Armes, uniformes et grosses sommes d’argent

Le parquet belge a indiqué que des armes, dont quatre Kalachnikovs, des munitions, des uniformes de police, des téléphones portables et du matériel de communication, ont été retrouvés dans les lieux perquisitionnés. De grosses sommes d’argent et documents falsifiés ont également été saisis.

Douze perquisitions ont été menées sur l’ensemble du territoire. L’essentiel des interpellations a eu lieu dans le grand Bruxelles, surtout à Molenbeek, où six personnes ont été arrêtées dans ce quartier populaire.

Au lendemain de cette opération antiterroriste, le gouvernement belge a annoncé douze mesures contre le terrorisme et le radicalisme. Le Premier ministre Charles Michel, accompagné des ministres de la Défense et de l’Intérieur a présenté lors d’une conférence de presse ce vendredi ces différentes mesures, en insistant sur le fait qu’il n’y a « pas de menace d’attentat concrète », même si le pays est passé en niveau d’alerte trois, sur une échelle de quatre.