DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Philippines: le pape François fustige les inégalités sociales et défend la famille

Le pape François poursuit sa visite aux Philippines, où il est arrivé ce jeudi. Dans l’avion qui l’emmenait à Manille, le souverain pontife a eu

Vous lisez:

Philippines: le pape François fustige les inégalités sociales et défend la famille

Taille du texte Aa Aa

Le pape François poursuit sa visite aux Philippines, où il est arrivé ce jeudi.

Point of view

Aujourd'hui plus que jamais, il est nécessaire que les dirigeants politiques soient des modèles en matière d'honnêteté, d'intégrité et d'engagement pour le bien commun.

Dans l’avion qui l’emmenait à Manille, le souverain pontife a eu cette petite phrase : “Si un bon ami parle mal de ma mère, il peut s’attendre à un coup de poing, et c’est normal”. Sans citer Charlie Hebdo, François a déclaré que certes, la liberté d’expression était un “droit fondamental” mais que cela n’autorisait pas à “insulter la foi d’autrui”. (voir ici – version italienne)

Lors de ses rencontres ce vendredi avec les autorités philippines, les propos du pape étaient d’un autre ordre. “Aujourd’hui plus que jamais, a-t-il déclaré, il est nécessaire que les dirigeants politiques soient des modèles en matière d’honnêteté, d’intégrité et d’engagement pour le bien commun”.

Ce message de lutte contre les inégalités sociales, le chef de l‘église catholique l’a réitéré lors d’une messe en la cathédrale de Manille. Et si, depuis son élection, le souverain pontife se pose en défenseur d’une église tournée vers les plus défavorisés, il n’en reste pas pas moins strict sur les questions de morale sexuelle. Lors de son homélie, il a mis en garde contre la “confusion” des valeurs sur la famille.

En tout cas, sa visite est suivie de près par des millions de Philippins, dans ce pays, les catholiques, majoritaires, étant particulièrement fervents. Mais certains regrettent d‘être tenus à l‘écart. Et ils l’ont fait savoir lors d’une manifestation ce vendredi dans la capitale. Un des manifestants, Vencer Cristomo, a ainsi déploré que “de nombreuses barricades (aient) été dressées pour empêcher les plus pauvres d’aller au-devant du pape”. “Ce n’est pas normal, a-t-il ajouté, car ce pape est celui qui veut briser les barrières.”

Ce samedi, François a prévu de se rendre à Tacloban, cette ville durement touchée par un typhon en 2013. Il doit rencontrer des survivants de la catastrophe.

> Programme complet de la visite en cliquant ici.