DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Gravity : le record pour Lindsey Vonn


gravity

Gravity : le record pour Lindsey Vonn

Bienvenue dans Gravity, notre magazine hebdomadaire consacré au ski alpin.

En vedette aujourd’hui, Lindsey Vonn, qui entre dans la légende en remportant la descente de Cortina d’Ampezzo.

Elle égale ainsi le record établi dans les années 70 par Annemarie Moser-Pröll avec 62 succès en Coupe du monde.

Avec 32 descentes, 20 super-G, 3 géants, 2 slaloms et 5 combinés à son palmarès, le compte est bon.

Après le passage le plus délicat, une pente à 64 % négociée à 130 km/h, l’Américaine fait la différence sur le bas de la Tofane, l’une de ses pistes fétiches, en faisant parler sa science de la glisse.

Elisabeth Görgl est toujours là…

Lindsey Vonn repousse à 32 centièmes de seconde une autre trentenaire, l’Autrichienne Elisabeth Görgl.

La championne du monde 2011 de descente et de super-G décroche dans les Dolomites son troisième podium de l’hiver.

Aux troisièmes et quatrièmes rangs, on retrouve les Italiennes Daniela Merighetti et Elena Fanchini, qui avait déjoué tous les pronostics 48 heures plus tôt en remportant la première descente de Cortina.

Tina Maze termine cinquième et garde les commandes du classement général de la Coupe du monde.

Hannes Reichelt mate l’armada suisse

Trois Suisses finissent dans les quatre premiers chez eux à Wengen, mais la victoire leur échappe au profit d’Hannes Reichelt.

L’Autrichien remporte la plus longue descente de l’hiver en mettant 2 minutes 36 secondes et 14 centièmes pour avaler les 4.422 mètres de long et 1.025 mètres de dénivelé du Lauberhorn.

Le skieur d’Altenmarkt signe sa neuvième victoire sur le circuit, la deuxième cette saison après le super-G de Beaver Creek.

L’hiver dernier, il avait remporté la descente de Kitzbühel juste avant d‘être opéré du dos et de devoir déclarer forfait pour les Jeux de Sotchi.

Feuz, Janka, Kueng et les autres

Dans les Alpes bernoises, Hannes Reichelt dame le pion à l’armada suisse qui place sept hommes dans les douze premiers.

Parmi eux, Beat Feuz, le plus rapide ici-même en 2012 et battu cette fois pour 12 centièmes de seconde.

Carlo Janka, vainqueur du super-combiné vendredi dernier, échoue lui à 14 centièmes !

Patrick Kueng, qui était le tenant du titre, se classe quatrième juste devant le Norvégien Kjetil Jansrud, le leader de la Coupe du monde de descente.

Kitzbühel, place au mythe

Après Wengen, les as de la vitesse vont prendre la direction de Kitzbühel.

La station autrichienne – considérée comme la Mecque du ski alpin – et sa piste de descente – la Streif – inspirent autant de crainte que de fascination, selon l’ancien champion olympique Franck Piccard.

Franck Piccard : “Kitzbühel, c’est mythique parce qu’il y a l’histoire derrière. C’est une piste difficile, c’est une piste qui a marqué les esprits depuis des générations de skieurs. C’est un des sites les plus magiques parce qu’il y a une ambiance autour. Il y a 20, 30 ou 40.000 personnes – je ne sais plus à quel niveau situer ça – c’est phénoménal. Il y a des passages extrêmement raides, il y a des passages très difficiles à maîtriser, à appréhender, donc techniquement, c’est presque surhumain. On a des moments de stress et d’angoisse parce que non seulement il y a la piste, mais il y a tout le passé qu’on traîne avec. Et c’est souvent ce qui fait que l’on bascule dans la crainte de cette piste.”

Emile Allais, l’inventeur du ski moderne

Nous sommes le 13 février 1937 dans la vallée de Chamonix et Emile Allais devient champion du monde de descente.

Il s’impose sur la Verte des Houches avec 13 secondes d’avance sur un autre Français, Maurice Lafforgue.

Deux jours plus tard, il gagne le slalom et par la même occasion, le combiné pour rafler au total trois médailles d’or, du jamais-vu.

Le natif de Megève deviendra ensuite le premier moniteur de l‘école du ski français, puis entraîneur au Chili et au Canada.

Il inventera aussi la dameuse et le métier de pisteur-secouriste, il participera au développement de Flaine et de Courchevel avant de s‘éteindre en 2012 à l‘âge de 100 ans.

It’s snowtime

Défier les lois de la gravité, ce n’est pas chose aisée, même pour les meilleurs skieurs de la planète.

La preuve en images dans la dernière rubrique de Gravity intitulée “it’s snowtime”.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

gravity

Gravity : grande première pour Gross