DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

En course pour les Oscars, Leviathan fait polémique en Russie

Vous lisez:

En course pour les Oscars, Leviathan fait polémique en Russie

Taille du texte Aa Aa

Le film Leviathan, lauréat du Golden Globe du meilleur film étranger, est nommé aux Oscars dans la même catégorie. Euronews a parlé avec le producteur Alexander Rodnyanski de la polémique prov

Nommé aux Oscars, le film russe Leviathan, d’Andrei Zvyagintsev est encensé à travers le monde, mais divise la Mère Patrie.

Point of view

L'autocensure est due au désir des réalisateurs de faire des films qui ne seront pas vus seulement par une fraction du public, mais par tout le public.

Euronews a parlé avec le producteur du film Alexander Rodnyansky pour faire le point sur les oscars et les polémiques qui entourent le film.

Elena Karaeva, euronews :
Bonjour Alexander Rodnyansky, Leviathan d’Andrei Zvyagintsev est le deuxième film que vous produisez avec lui et il est nommé aux Oscars dans la catégorie meilleur film étranger. Mais les Russes sont divisés : certains voient ce film comme un chef d‘œuvre cinématographique, mais certains considèrent qu’il s’agit d’une critique de la Russie, que le film est russophobe et qu’il s’agit d’une parodie des valeurs morales russes d’aujourd’hui. Qu’est-ce que vous répondez à tout ça ?

Alexander Rodnyansky, producteur de Leviathan :
Je pense que tout ça n’a rien à voir avec le film en lui-même et ses qualités artistiques, cela prend plutôt en compte des choses plus générales, comme par exemple qu’est ce que la Russie aujourd’hui ? Où va-t-elle ?
Ce film –tel que je le vois et tel que le réalisateur Andrei Zvyagintsev– est l’héritier de la culture classique russe, avec son style inimitable de réalisme social.
Andrei Zvyagintsev et son travail son assis virtuellement sur les épaules des géants de la littérature russe.
Un film, et c’est un point de vue personnel, n’a rien à voir avec l’endroit où il a été filmé, ni l‘époque où il se passe, et je pense que c’est pour ça qu’il a été bien accueilli à travers le monde, dans tous les pays où il a été dévoilé, de la Corée du Sud à l’Inde, dans les pays arabes, aux Etats-Unis, en France, en Grande-Bretagne.

Elena Karaeva, euronews :
Les valeurs européennes communes existent-elles toujours en Russie ? Le cinéma russe partage-t-il les valeurs humanistes du cinéma européen et plus généralement du cinéma mondial ?

Alexander Rodnyansky, producteur de Leviathan :
Je pense que le cinéma russe, faisait et fait toujours partie de la culture européenne. Le cinéma russe est une composante importante du cinéma européen.
Nous faisons beaucoup de films d’auteur, nous avons Alexander Sokurov, Andrei Zvyagintsev, Pavel Lungine, Alexey Uchitel, Andrei Kochalovsky, etc., ce sont tous des auteurs européens. Non seulement, ils partagent les mêmes valeurs que leurs collègues européens d’un point de vue spirituel, mais ils ont aussi le même processus de production qu’en Europe et ils filment dans le même studio.

Elena Karaeva, euronews :
Y-a-t-il des tabous en Russie quand il s’agit de choisir des thèmes ou des sujets ?Ou bien y-a-t-il de l’autocensure ?

Alexander Rodnyansky, producteur de Leviathan :
Non, je ne pense pas qu’il y ait de tabous en Russie. Mais il existe une forme d’autocensure, et il y a une explication à ce phénomène.
Le cinéma devient de plus en plus commercial, l’art du cinéma commence à disparaître, il s’essouffle notamment pour les grandes salles qui sont maintenant dominées par les films à gros budgets. Tout ce qui concerne le genre purement artistique à tendance à disparaître.
Donc je pense que cette autocensure est due au désir des réalisateurs de faire des films qui ne seront pas vus seulement par une fraction du public, mais par tout le public.
Je dirais que les temps vont être de plus en plus difficiles pour le cinéma d’auteur, et le seul moyen de le sauver, c’est peut-être de se tourner vers le web.

Elena Karaeva, euronews :
Certains disent que Leviathan a été rendu disponible immédiatement sur internet, mais sans votre permission. Est-ce vrai ?

Alexander Rodnyansky, producteur de Leviathan :
Le moins que l’on puisse dire, c’est que nos capacités en ce domaine sont grandement exagérées, je dirais…

Elena Karaeva, euronews :
Si Leviathan décroche l’Oscar, comment le prendrez-vous ? Comme le sommet de votre carrière, ou comme un point de départ ?

Alexander Rodnyansky, producteur de Leviathan :
En mettant de côté, la reconnaissance professionnelle de nos pairs, ce qui est toujours agréable et flatteur, cela donne surtout une vie au film. Cela fait des vagues et attire l’attention de ceux pour qui nous l’avons fait, les férus de cinéma. C’est avant tout pour eux, et plus spécialement ceux qui vivent en Russie.

Elena Karaeva, euronews :
Merci beaucoup, Alexander Rodnyansky, et bonne chance.

Alexander Rodnyansky, producteur de Leviathan :
Merci !