DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Grèce : Syriza gagnerait avec 36% des voix selon les sondages


Grèce

Grèce : Syriza gagnerait avec 36% des voix selon les sondages

A moins de trois jours du scrutin, Syriza a le vent en poupe. Ses supporters se sont rassemblés autour du chef du parti, Alexis Tsipras, pour le dernier grand meeting avant le vote.
Le parti de gauche radicale est crédité de 36% des voix, selon les derniers sondages. Le parti anti-austérité devance Nouvelle Démocratie : le parti du Premier ministre conservateur Antonis Samaras obtiendrait 30%
des suffrages.

Eleni Rizopoulou : “On rejoint à Athènes notre correspondant Stamatis Giannisis. A moins de deux jours de la fin de la campagne, quelles sont les grands enjeux pour les deux principaux partis Nouvelle Democratie et Syriza ?” Stamatis Giannisis : “Le grand débat entre Nouvelle Démocratie et Syriza tourne autour de l‘économie. Des mots durs ont été échangés ces derniers jours entre les deux partis rivaux, Nouvelle Démocratie accusant Syriza d’avoir un programme caché, dont le but serait de sortir la Grèce de l’eurozone. Syriza s’est défendu bien sûr, disant que tout cela est insensé et que c’est juste une manoeuvre désespérée de Nouvelle Démocratie pour obtenir un revirement dans une élection qu’ils savent qu’ils ont perdue. En tout cas cette guerre de tranchées entre les deux favoris semble avoir créé une incertitude économique puisque certains Grecs retirent de l’argent de leurs comptes bancaires, mais pas au point d’inquièter la Banque centrale grecque.” E.R : “Que va-t-il se passer si le vainqueur de l‘élection n’arrive pas à obtenir la majorité absolue ? Pour former un gouvernement il faudra nouer des alliances avec les petits partis au parlement. Nous avons vu que même l’ancien Premier ministre George Papandréou, qui est celui qui a scellé l’accord de prêt pour la Grèce, qui a quitté le parti socialiste pour former un nouveau parti social démocrate, espére faire partie de la coalition, soit avec Nouvelle Démocratie, soit avec Syriza.” S.G : “En ce moment, à l’exception du parti d’extrême-droite Aube dorée et du parti communiste, tous les autres partis qui seront au parlement sont des alliés potentiels soit de Syriza soit de Nouvelle démocratie. Un de ces partis est celui de Mr. Papandréou. Cependant, tous les récents sondages disent que le parti de l’ancien Premier ministre est bien en dessous du seuil des 3% requis pour entrer au parlement. La seule chose qu’il a réussi, c’est siphonner les voix de son ancien parti, le Pasok.”

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Donetsk : les rebelles exhibent des prisonniers devant la foule après le bombardement d'un bus