DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Fashion Week : Paris pour les grands noms, Berlin pour les futurs grands


le mag

Fashion Week : Paris pour les grands noms, Berlin pour les futurs grands

En partenariat avec

Après Londres et Milan, c‘était au tour de Paris de faire sa Fashion Week, avec plus de cinquante show automne/hiver, à commencer par Valentino.

Les créateurs italiens Maria Grazia Chiuri et Pierpaolo Piccioli se sont inspiré des ballets russes des années 20 pour une collection tout en motifs géométriques et couleurs contrastées.

Puis les modèles évoluent vers le naturalisme, avec de grands manteaux dans les tons bleus, gris, rouges et bordeaux.

À noter la grande veste grise avec un hibou dont les ailes enveloppent le dos et les épaules.

Le directeur artistique de Christian Dior Raf Simons était à Paris pour présente sa propre collection.

Le créateur belge s’est replongé dans son enfance et s’est inspiré de l’esprit rebelle des années 70.

Avec des blouses de laboratoires barbouillées de noir et semblant avoir été taillées par “Edward aux Mains d’Argent”.
Des pantalons “décontract”, des baskets blanches, et des vestes en vinyle surdimensionnées pour un contraste brutal.

Enfin des pulls à col roulé, couleur moutarde ou orange vifs ainsi que des chemises à col large viennent rappeler le côté early seventies de la collection.

Berlin accueillait aussi une fashion week cette semaine.
Dorothée Schumacher a présenté sa nouvelle collection automne/hiver et la créatrice allemande s’est elle aussi replongée dans les années 70 avec des jupes taille haute décontractées et de pantalons qui ne laissent pas de doute.

Des robes avec col montant et motifs floraux accompagnés de mis-bas et des chaussures à talon larges.

L’aspect rétro est également renforcé par des pantalons larges et des vestes avec des revers démesurés. Sans oublier les tweeds à maille métalliques, du crêpe de chine et des motifs jacquard, et une dominante rouge-orangée.

Autre collection rétro, celle de l’Autrichienne Lena Hoschek. Ses modèles ont défilé derrière la porte de Brandebourg.
Taille fine et jupes longues pour revenir près de 60 ans en arrière. Robes à motif pour le jour, et robe de soirée scintillante et dorée, quelques ensembles avec des mélanges de styles, avec par exemple l’association d’une jupe diaphane avec un top tricoté.

Prochain article

le mag

Mötley Crüe entame sa tournée d'adieu