DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Grèce : journée de réflexion avant le vote, ambiance dans les rues de la capitale


Grèce

Grèce : journée de réflexion avant le vote, ambiance dans les rues de la capitale

En cette veille d‘élections législatives en Grèce, prenons la température dans les rues d’Athènes. Pour qui les électeurs grecs vont-ils voter ? La plupart ont déjà fait leur choix. Mais 10 % des électeurs ne se décideront qu’au dernier moment, peut-être dans l’isoloir, comme cette femme :

“Quelle situation chaotique, quel chaos ! Personne ne mérite ma voix, personne ne parvient à me convaincre… Je ne sais pas… Il y aura peut-être un miracle, mais je ne crois plus aux miracles désormais. Les politiciens ne veulent qu’une chose, le pouvoir !”

Beaucoup de jeunes ne voient pas leur avenir dans ce pays qui les délaisse, comme Tryfonas, 18 ans qui va voter pour la première fois :

“Il n’y a pas de place pour nous, il n’y a pas de croissance. Il y a peu d’emplois et pour la plupart, il s’agit d‘être mal payé, derrière un bureau. Beaucoup de mes amis travaillent comme serveur. Si vous êtes jeune, créatif et dynamique, vous devez quitter le pays.”

“La seule chose que j’ai à l’esprit”, explique cette jeune femme, “c’est que je dois quitter le pays. C’est la réalité. 250 000 jeunes ont quitté la Grèce, pas parce qu’ils le voulaient. ça ne va pas bien et nous devons nous demander pourquoi.”

Fatigués par des années de crise et d’austérité, les Grecs sont en tout cas en quête de changement.

Notre correspondant, Apostolos Staikos, explique : “on est à quelques heures de l’ouverture des bureaux de vote dimanche, mais les gens pensent déjà au jour d’après; certains sont inquiets, d’autres ont peur, mais tous espèrent que le nouveau gouvernement mettra fin à l’austérité.”

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Grèce : la campagne prend fin, les électeurs vont-ils donner une majorité absolue à Syriza ?