DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un système de transport intelligent pour les œuvres d'art

Vous lisez:

Un système de transport intelligent pour les œuvres d'art

Taille du texte Aa Aa

Chaque année, les grands musées européens se prêtent des centaines d‘œuvres à l’occasion d’expositions temporaires. Comment la technologie moderne

Chaque année, les grands musées européens se prêtent des centaines d‘œuvres à l’occasion d’expositions temporaires. Comment la technologie moderne peut-elle aider à une meilleure sécurisation du transport de ces marchandises inestimables ? La réponse dans cette édition de Futuris.

‘Narcisse’, ce chef d‘œuvre attribué au Caravage s’apprête à voyager. Comme de très nombreux autres joyaux, ce tableau peint à la fin du XVIe siècle est prêté à un autre musée pour une exposition temporaire. Un moment d’inattention pendant le transport, et le tableau peut subir des dommages irréversibles. C’est pourquoi la Galerie nationale d’Art ancien de Rome – qui prête le tableau – fait équipe avec des ingénieurs participant à un projet de recherche européen pour tester une technologie intelligente conçue pour veiller, entre autres, sur les objets d’art.

Le point avec Cinzia Ammannato, directrice de la Galerie nationale d’Art ancien, Palais Barberini, Rome :

“ Cette galerie possède une vaste collection remontant au XIIe siècle et plusieurs de nos œuvres ont une très grande valeur, pas seulement économique évidemment, mais aussi culturelle. “

Les dommages visibles se produisent rarement pendant le transport. En revanche, les restaurateurs doivent traquer les dégâts microscopiques occasionnés, notamment, par des conditions climatiques extrêmes.

Ugo Maria Colesanti, ingénieur-chercheur en systèmes informatiques, Wsense, Université La Sapienza, Rome :

“ Nous fixons ces capteurs à l’aide d’une colle spéciale sur les montants en aluminium. Une fois la colle solidifiée, nous pourrons mesurer correctement les vibrations pendant le transport. “

Comme on l’a vu, certains de ces capteurs sont donc positionnés sur le cadre du tableau, d’autres sur la caisse de transport. En comparant les deux séries de mesures, on peut évaluer la capacité de la caisse à absorber les chocs extérieurs.

Et quelle que soit la météo, le tableau doit être parfaitement protégé des variations de température, du taux d’humidité, ainsi que des vibrations. Des capteurs intelligents contrôlent ces paramètres tout au long du trajet.

L’enregistrement en continu des données permet ainsi de détecter le moindre micro-changement climatique et les chocs intervenus pendant le transport.

Ces appareils intelligents ont été développés au sein de l’université La Sapienza de Rome.
Peu énergivores, ils ont une autonomie de plusieurs semaines voire de plusieurs mois. Ils sont aussi très robustes et peuvent être utilisés en extérieur.

Les explications de Chiara Petrioli, professeur en sciences de l’informatique, Université La Sapienza de Rome et coordinatrice du projet GENESI :

“ Potentiellement, cette technologie peut être utilisée dans différentes situations et à des niveaux d‘énergie très bas. En plus des œuvres d’art, nous pouvons surveiller des objets plus imposants comme des tunnels ou des ponts et c’est l’une des applications que nous avons développée. “

Après 6 heures de trajet, ‘Narcisse’ arrive à destination, à savoir : la basilique palladienne de Vicence dans le nord-est du pays. Quant aux enregistrements, ils sont sur le point de dévoiler si le voyage s’est bien passé. Autant de données qui contribuent aussi à faire baisser les primes d’assurance, rendant ainsi plus abordable le prêt d‘œuvres d’art.

Elisabetta Gian, physicienne, ISCR, MiBACT :

“ Le transport de tableaux, de terres cuites, ou encore de statues constitue une part très importante de l’activité de notre institution. Rien que l’année dernière, 6 mille œuvres ont été transportées. “

Pendant que les experts examinent la surface du tableau à la recherche d’un improbable accroc, les ingénieurs téléchargent les données enregistrées par les capteurs afin de visualiser le déroulement du parcours.

Ugo Maria Colesanti, ingénieur-chercheur en systèmes informatiques, Wsense, Université La Sapienza, Rome :

“ Une fois téléchargées les informations sur l’ordinateur, on peut voir les courbes de température et d’humidité pendant le transport. Ici, par exemple, on observe qu’il y a eu un choc, mais que l’accélération à l’intérieur de la caisse a été complètement amortie. Ce qui démontre que le tableau était correctement protégé. “

Prochaine étape pour cette équipe d’ingénieurs : concevoir une application pour smartphone permettant de suivre en temps réel le transport de n’importe quel objet – précieux ou non.