DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Ukraine: vers un allongement de la liste noire de l'UE


Le bureau de Bruxelles

Ukraine: vers un allongement de la liste noire de l'UE

“Poutine, pas touche à l’Ukraine!” Voilà un des slogans très explicites scandés par une poignée de manifestants ukrainiens regroupés à Bruxelles ce mercredi. Leur but: faire pression sur les ministres des Affaires étrangères. Car ce jeudi, ils doivent décider de nouvelles sanctions contre la Russie.

“Nous voulons des sanctions, des sanctions, des sanctions!”, s’emporte cette activiste ukrainienne. “On sait qu’ils en parle, maintenant il faut agir!”

Pourtant, pas de nouvelles sanctions économiques à l’ordre du jour. Pour l’heure, les 28 se dirigent vers un allongement de liste noire des personnes impliquées dans le conflit. Des mesures contestées côté russe.

“Je suis contre le durcissement des sanctions, je ne veux même pas qu’on en parle”, a déclaré Andrei Bystritsky, membre d’un forum de discussion pro-Kremlin. “Je préfère la voie du dialogue sur base d’informations fiables, vérifiées et intellectuellement honnêtes”.

Le bombardement de la ville de Marioupol et la mort de nombreux civils, samedi 24 janvier, ont poussé l’Europe à réagir. Les 28 ont demandé à leurs diplomates de plancher sur de nouvelles pistes en attendant un sommet européen prévu pour le 12 février.

“On veut surtout voir comment renforcer la pression sur Moscou pour que la Russie use de son influence dans la région”, explique Didier Reynders, ministre belge des Affaires étrangères. “C’est toujours la même démarche pour revenir au protocol de Minsk: tenter de faire en sorte que les lignes qui ont été tracées dans ce protocol puissent être mis en oeuvre.”

Mais l’unité de façade vient de voler en éclat avec l’arrivée au pouvoir du nouveau gouvernement grec. Son premier ministre, Alexis Tsipras, considère que la Grèce n’a pas été consultée et menace désormais d’opposer son veto à toute nouvelle sanction.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

L'UE débloque 1,8 milliards d'euros pour l'Ukraine