DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Dominique Strauss-Kahn jugé à Lille

Vous lisez:

Dominique Strauss-Kahn jugé à Lille

Taille du texte Aa Aa

L’ex-directeur du FMI, Dominique Strauss-Kahn, se retrouvera lundi 2 février devant le tribunal correctionnel de Lille pour proxénétisme aggravé, accusé d’avoir été au coeur d’un réseau de prostitution mis en place par ses amis du Nord.

Dominique Strauss-Kahn comparaîtra aux côtés de 13 autres prévenus. Le procès est prévu pour durer trois semaines.

Les juges lillois ont estimé, d’une part que DSK ne pouvait ignorer que les filles qu’on lui présentait lors de parties fines étaient des prostituées rémunérées, d’autre part qu’il avait été le “pivot central” ou encore le “roi de la fête” de ces soirées, a indiqué une source judiciaire.

Le parquet avait toutefois requis un non-lieu pour Strauss-Kahn, et pourrait bien réclamer sa relaxe au procès.

En mai 2011, accusé de viol par une femme de ménage du Sofitel de New York, DSK, alors favori des sondages à un an de la présidentielle française, a vu son ambition se fracasser.

Lundi, près de trois ans après sa mise en examen, il va de nouveau faire face à l‘étalage public de ses moeurs sexuelles, qui lui auront coûté sa carrière politique.

L’Agence France Presse a récapitulé les principales étapes de l’affaire du Carlton de Lille

2011

  • 2 oct: un chef d’entreprise, Dominique Alderweireld, dit “Dodo la saumure”, exploitant de salons de massage en Belgique, est inculpé et écroué par la justice belge avec trois autres personnes, dont sa compagne, Béatrice Legrain, pour proxénétisme en bande organisée et blanchiment d’argent.
  • 7 oct: à la suite de l’enquête sur “Dodo la saumure”, le directeur-manager de l’hôtel Carlton de Lille, Francis Henrion, et son directeur des relations publiques, René Kojfer, sont mis en examen à Lille et écroués pour “proxénétisme aggravé en bande organisée”.
  • 13 oct: le propriétaire du Carlton, Hervé Franchois, est mis en examen et écroué.
  • 14 oct: David Roquet, directeur d’une filiale du groupe de BTP Eiffage dans le Pas-de-Calais, Matériaux Enrobés du Nord, à Annay-sous-Lens, est également mis en examen et écroué.
  • 16 oct: Dominique Strauss-Kahn, dont le nom est cité dans l’affaire, demande à être “entendu le plus rapidement possible par les juges” pour mettre fin à des “insinuations malveillantes”.
  • 21 oct: Libération et Le Figaro écrivent que l’enquête a mis en évidence des soirées à Paris avec DSK et des voyages à Washington, payés par des dirigeants d’entreprises. Virginie Dufour, dirigeante d’une société d‘événementiel, est mise en examen. Elle aurait organisé et payé trois voyages à Washington, entre décembre 2010 et mai 2011, pour des rencontres avec DSK. Le commissaire divisionnaire Jean-Christophe Lagarde, chef de la Sûreté départementale du Nord, soupçonné d’avoir mis des prostituées en relation avec DSK, est mis en examen et placé sous contrôle judiciaire.
  • 3 nov: une prostituée, surnommée “Jade”, évoque un voyage à Washington, du 25 au 27 janvier 2010, en compagnie du commissaire Lagarde. Elle affirme avoir participé “à une virée dans un club échangiste belge” avec DSK, à l’automne 2009.

2012

  • 26 mars, après deux jours de garde à vue, DSK est mis en examen pour “complicité de proxénétisme aggravé en bande organisée” et “recel d’abus de biens sociaux”. Il affirmera toujours ignorer que les femmes présentes aux parties fines étaient des prostituées rémunérées.
  • 19 déc: la cour d’appel de Douai valide la procédure et juge fondée la mise en examen de DSK.

2013

  • 23 jan: Dodo la saumure et sa compagne sont à leur tour mis en examen pour “proxénétisme aggravé en bande organisée”.
  • 11 juin: le parquet de Lille requiert un non-lieu, faute de charges suffisantes contre DSK. Il le juge “bénéficiaire” de la prostitution, mais pas proxénète.
  • 26 juil: les juges d’instruction renvoient DSK en correctionnelle pour “proxénétisme aggravé en réunion”. Treize autres prévenus sont renvoyés pour ce même chef, dont certains sont également poursuivis pour escroquerie, recel d’escroquerie, complicité d’escroquerie, abus de confiance et/ou abus de biens sociaux. Les juges abandonnent la qualification criminelle de “bande organisée”.
  • 1er août: cinq des mis en cause, dont “Dodo la saumure”, font appel de leur renvoi en correctionnelle et demandent à être jugés devant une cour d’assises. L’un d’entre-eux se désistera de son appel.
  • 18 déc: la cour d’appel confirme les renvois en correctionnelle.

2014

  • 4 juin: le procureur de Lille annonce que le procès se tiendra du 2 au 20 février 2015 devant le tribunal correctionnel de Lille.