DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

À l'ère numérique, aime-t-on toujours lire ?


learning world

À l'ère numérique, aime-t-on toujours lire ?

En partenariat avec

L’avenir du livre passe-t-il forcément par la tablette ?

Comment favoriser l’amour de la lecture ? Et en quoi, l’essor du livre numérique peut-il affecter cet amour passion ? C’est le sommaire de ce numéro de Learning World.

Afrique du Sud : oui, à la lecture mobile

Une majorité de Sud-Africains vit encore aujourd’hui dans des conditions particulièrement difficiles.

Outre le chômage, l‘éducation pose problème. De très nombreux enfants sont scolarisés dans des établissements sans moyens ou presque.

Selon la Fondation FunDza pour l’alphabétisation créée en 2011, seules 8 % des écoles sud-africaines disposeraient d’une bibliothèque.

Autre chiffre avancé : 18 % des Sud-Africains de 15 ans seraient analphabètes.

Pour tenter d’enrayer ce phénomène, FunDza fait appel aux nouvelles technologies de communication et entend démocratiser le livre numérique.
Via son site internet et une application mobile, les Sud-Africains ont ainsi accès à moindres frais à tout un catalogue d’ouvrages en ligne. Par ailleurs, FunDza crée également du contenu en phase avec les préoccupations et les aspirations de ses lecteurs.
Bref, on dirait bien que cette fondation a réussi à redonner au livre – fut-il électronique – sa fonction sociale.

Belgique : du papier à l‘écran

À l‘ère du numérique, certains enseignants se demandent si les manuels scolaires papier ont encore une raison d‘être ? Pour autant, les tablettes sont-elles l’avenir des livres de classe ?

Dans cette école francophone de Bruxelles, on teste des manuels numériques, les élèves ont tous une tablette et le vieux tableau noir a cédé la place à un écran tactile.

Premier bilan : cette petite révolution a notamment permis de resserrer les liens au sein de la classe et les élèves semblent plus réceptifs.

Cela dit, les livres de classe papier ont encore de beaux jours devant eux, à condition, bien sûr, d’accepter de se réinventer.

Portugal : à l’heure de la lecture solidaire

Quel point commun y-a-t-il entre des collégiens et des retraités ? A priori aucun. Sauf qu‘à y regarder de plus près, ils ont beaucoup apprendre les uns des autres.
Et c’est tout l’enjeu du programme ‘Lire pour entendre la voix humaine’ auquel participe l‘école secondaire Rafael Bordalo Pinheiro de Caldas da Rainha, une ville située à une centaine de km au Nord de Lisbonne.

Pendant leur temps libre et avec l’aide de leurs professeurs, un groupe d‘élèves apprend des classiques de la littérature portugaise et les récite ensuite dans les maisons de retraite du voisinage. Et tout le monde semble y trouver son compte.

La preuve que la lecture a bien des vertus dont celle de créer du lien social entre les générations.

Enfin selon vous, comment promouvoir de manière créative la lecture ?
Postez vos commentaires ci-dessous ou sur notre compte Twitter : @euronews_LW

Le choix de la rédaction

Prochain article

learning world

Une jeune génération formée au monde des affaires