DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Afrique du Sud : libération du bourreau de l'apartheid Eugene de Kock

Eugène de Kock, surnommé le “tueur numéro 1” de l’apartheid, a recouvré la liberté ce vendredi après 20 ans de prison. Il avait été condamné en 1996

Vous lisez:

Afrique du Sud : libération du bourreau de l'apartheid Eugene de Kock

Taille du texte Aa Aa

Eugène de Kock, surnommé le “tueur numéro 1” de l’apartheid, a recouvré la liberté ce vendredi après 20 ans de prison. Il avait été condamné en 1996 à deux peines de perpétuité et 212 ans de prison pour 89 crimes et délits lorsqu’il était à la tête d’une unité de la police du régime raciste.

Selon le ministre de la Justice, Michael Masutha, la décision de lui accorder la liberté conditionnelle a été prise “dans l’intérêt de la réconciliation”.

Une décision qui ne fait pas l’unanimité.

“La justice est corrompue à partir du sommet, dénonçait Agripa Ndlovu un résident. Et bien que nous estimions qu’elle a tort de le libérer, parce qu’il a tué des gens et que d’autres ont disparu, il n’y a rien que nous puissions faire”.

“À un certain point, nous devons nous pardonner l’un l’autre, soulignait de son côté Joseph Dlamini, un autre résident. Mais comment accorder un pardon ?Car chaque camp a tué. Certains de nos frères noirs ont tué beaucoup de Blancs et les Blancs ont tué aussi. Mais construire une nation, pose des problèmes, c’est difficile.”

Eugene de Kock, qui a eu 66 ans jeudi, s‘était lui-même qualifié “d’assassin d‘État”.

L’archevêque Desmond Tutu, qui fut le président de la commission de vérité et de réconciliation, a estimé qu’il “méritait d‘être libéré, car il avait purgé une peine relativement longue en prison, qu’il avait présenté ses excuses et avait recherché le pardon de beaucoup de ses victimes”.