DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ukraine : sur la ligne de front, les civils paient le plus lourd tribut

Les habitants de Debaltseve ont passé une bonne partie de leur journée dans des caves ces derniers jours

Vous lisez:

Ukraine : sur la ligne de front, les civils paient le plus lourd tribut

Taille du texte Aa Aa

Les bombardements et tirs d’artillerie se poursuivent dans l’est de l’Ukraine. ils se sont concentrés ces derniers jours autour de la ville de Debaltseve. A chaque fois, ils sèment la destruction. Certains civils quittent la ville, dont beaucoup d’immeubles sont détruits, d’autres restent et se désolent..

Point of view

"On ne remonte à l'appartement que pour le déjeuner, très rapidement"

Noeud ferroviaire stratégique, Debaltseve est toujours tenue par l’armée ukrainienne, mais peut-être plus pour longtemps.

Quand les obus de mortier et les roquettes tombent, ces civils n’ont que les caves pour se réfugier.

“Dès le petit matin, on descend ici, raonte un homme, assis dans un souterrain. Quand ils commencent à tirer, on se réfugie ici. Et ça dure presque toute la journée. On ne remonte à l’appartement que pour déjeuner, très rapidement”.

A l’heure où l’armée ukrainienne perd du terrain, et après que les négociations de paix ont à nouveau tourné court samedi dernier, l’auto-proclamée République de Donetsk, soutenue par la Russie, accélère sa mobilisation.

Aexandre Zakharechenko, l’un des dirigeants séparatistes :
“Il s’agit de porter le nombre de nos hommes à 100.000. Cela ne veut pas dire que nous allons recruter 100.000 hommes, mais les forces des Républiques de Donetsk et de Louhansk devraient atteindre 100.000 hommes”.

Les rebelles pro-russes ont prévenu qu’ils avaient l’intention, en l’absence d’accord sur un cessez-le-feu, d‘étendre leur offensive à l’intégralité des régions de Donetsk et de Lougansk.