DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

"Léa, un ange dans ma maison" un thriller indépendant tourné au Cern


cinema

"Léa, un ange dans ma maison" un thriller indépendant tourné au Cern

En partenariat avec

Abel qui travaille dans un laboratoire de recherche scientifique du Cern, perd subitement sa femme et sa fille unique. Il traverse une période sombre de deuil et de solitude quand sa vie se voit bousculée par l’arrivée d’une enfant à l’image de sa fille…

Jacques-Hervé Fichet est le producteur et le réalisateur de cette production indépendante franco-suisse. Il travaille lui même depuis 2001 au Cern, le plus important centre de physique nucléaire au monde.

Jacques-Hervé Fichet : “Le challenge le plus difficile pour cette petite production, qui est la production d’un film fait maison, c’est la recherche de financement. Donc il a fallu que je fasse un emprunt personnel et puis il a fallu que je fasse aussi un financement participatif, un crowdfunding avec le site touscoprod.com pour récolter 7000 euros”

Pour son casting, pratiquement entièrement bénévole, le réalisateur a tout simplement cherché dans ses proches et ses collègues.

Quentin King : “Le fait d‘être un acteur est un défi quand en temps normal vous créez des logiciels ou que vous dirigez des développeurs. Il y a de nombreuses techniques d’acteurs que je connais très peu. Donc en général il suffisait simplement d‘être moi même autant que possible en imaginant ce que je ferais dans une telle situation.”

Stephan Petit : “Pour moi ça a été un terrain de jeu et une aventure formidable. C‘était une découverte du jeu d’acteur au cinéma. J’avais l’habitude du théâtre mais pour le cinéma il a fallu changer beaucoup des choses. Jacques, le réalisateur m’a dit au début mais arrête de faire des grimaces. J’ai du alléger beaucoup. Mais c‘était très drôle. On nous voit voler dans le ciel, Léa et moi, pendant quelques secondes dans le film ça a été deux jours dans un studio suspendus par des câbles au plafond devant un fond vert. C‘était très très drôle”

Enfin, le film fait pénétrer le spectateur au sein même du laboratoire de physique CERN (Conseil Européen pour la Recherche Nucléaire), comme seulement les caméra de “DaVinci Code” de Ron Howard avait pu le faire.

Le choix de la rédaction

Prochain article

cinema

Jupiter ascending : les créateurs de Matrix en mettent plein la vue