DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les diplomates, fous du volant en Allemagne

Vous lisez:

Les diplomates, fous du volant en Allemagne

Taille du texte Aa Aa

Membres du corps diplomatique attention à vous ! Un député allemand de la CDU vient de révéler les chiffres édifiants des infractions commises par les véhicules diplomatiques circulant dans les rues de Berlin. Selon Frank Henkel, 23 403 infractions ont été enregistrées en 2014, soit 2 000 de plus qu’en 2013. Stationnement interdit, excès de vitesse, et même délit de fuite : la liste est longue. Tous ces délits ont été classés sans suite, du fait du statut dont jouissent ces conducteurs.

Un manque à gagner de plus de 400 000 €

Le parlementaire allemand a aussi indiqué que les voitures du corps diplomatique ont été impliquées, entre janvier et novembre 2014, dans 49 accidents où deux personnes ont été grièvement blessées et 18 autres plus légèrement. Les services du ministère de l’intérieur ont évalué que si ces amendes avaient été perçues, les caisses allemandes auraient reçu pas moins de 403 275 € !

Les détenteurs du statut diplomatique abusent-ils de leur impunité ? C’est effectivement la question que l’on peut se poser et qui a conduit les autorités allemandes à rappeler aux personnels des représentations diplomatiques les normes en vigueur en matière de code de la route dans la République fédérale. Mais cette piqûre de rappel sera-t-elle suffisante ? Pas si sûr, car la réforme du statut de diplomate, régit par les conventions de Vienne de 1961 et 1963, impliquerait de longues tractations au niveau international.

Deux pays se sont particulièrement illustrés par leur « incivilité routière » : la Russie et l’Arabie saoudite. Donc si un jour, à pied ou en voiture vous croisez à Berlin une voiture dont l’immatriculation débute par 0 – 140, pour la Fédération de Russie, ou par 0 -118, pour le Royaume saoudien : méfiance !

Plaques du corps diplomatique en Allemagne

En Allemagne, les voitures diplomatiques ne disposent pas de plaques particulières facilement identifiables par leur couleur ou par la mention CD, pour corps diplomatique, directement sur la plaque. Elles sont strictement identiques aux autres plaques. Seules leurs numérotations les différencient. Elles utilisent la même typologie que celle utilisée pour les véhicules officiels de la République fédérale, débutant par 0. Premier de la liste, le véhicule du président allemand est identifiable par son immatriculation 0-1, celui de la Chancelière Merkel est immatriculée 0-2.


La plaque du véhicule de Joachim Gauck, le président allemand

Pour les ambassades la série débute à 0-10 pour le Vatican, jusqu’à 0-204 pour le Sud-Soudan. Une autre série de chiffres, après le code du pays, indique le rang dans la hiérarchie diplomatique. Ainsi, 0-45-1 correspond au véhicule de l’ambassadeur français en Allemagne.


Plaque diplomatique d’un véhicule de l’ambassade d’Indonésie

Seules les personnes jouissant du statut de diplomate, identifiées comme telles et possédant le Protokollausweis für Diplomaten “D” délivré par les autorités allemandes peuvent faire immatriculer un véhicule avec cette immatriculation débutant par 0.



Protokollausweis für Diplomaten “D”

Les véhicules consulaires utilisent le système classique allemand, à savoir la lettre de la ville d’immatriculation en premier, suivi par une série de chiffre qui débute toujours par 9, ne permettant pas d’identifier les pays.

Ailleurs en Europe, la palme des incivilités revient aux diplomates en poste à Londres. En effet selon un rapport publié en juillet 2014, sous l’égide de Mark Simmonds, sous-secrétaire d‘État parlementaire au Bureau des Affaires étrangères et du Commonwealth, indiquait que le montant des amendes impayées par les véhicules diplomatiques s’élevait, entre 2003 et fin 2013, à plus de 75 millions de livres !


Un panneau rappelant aux automobilistes de bien s’acquitter du péage urbain à Londres

Dans le détail, ce chiffre correspond au montant des parkings non payés, mais surtout au non-règlement de la « congestion charge », le péage urbain justement en vigueur depuis 2003 dans la capitale britannique. En tête de ce glorieux palmarès, les Etats-Unis se sont illustrés avec plus de 70 000 amendes impayées représentant un montant de 8 172 245 £, suivi par le Japon (5 623 040 £) et la Russie (5 123 450 £).