DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Quand les singes se reconnaissent dans le miroir

Vous lisez:

Quand les singes se reconnaissent dans le miroir

Taille du texte Aa Aa

Et s’il la vanité n‘était pas qu’une faiblesse typiquement humaine ? Comme les humains et les grands singes, ces singes rhésus, peuvent en effet se

Et s’il la vanité n‘était pas qu’une faiblesse typiquement humaine ? Comme les humains et les grands singes, ces singes rhésus, peuvent en effet se reconnaître dans le miroir. D’après une récente recherche de l’Académie des sciences de Shangaï, bien que ces singes ne reconnaissent pas spontanément leur propre reflet, ils apprennent rapidement à le faire.

Le directeur de recherche Gong Neng explique que c’est la première fois que les singes ont réussi ce test capital. “Nous peignons une marque sur le visage du singe qui est indétectable et sans odeur, indique-t-il. Le singe ne sait pas qu’elle est là. Mais il peut la voir quand se il regarde dans le miroir. Comme nous autres humains, quand nous voyons que notre visage est sale dans le miroir, nous utilisons nos mains pour arranger ce qui est sale.”

L‘équipe de recherche de Gong a utilisé trois tests pour former les singes rhésus. Un engin laser suffisamment puissant pour irriter le singe projette un point rouge sur son visage. Puis, un laser moins puissant projette un point rouge sans irritation. Enfin, une marque est posée sur son visage qui peut seulement être vue dans le miroir.

Après plusieurs semaines d’entraînement, les singes ont appris à toucher le point laser ou la marque peinte en se regardant dans le miroir, montrant qu’ils se reconnaissent bel et bien. Il s’agit de la première étude à produire de tels résultats. Gong espère que cela permettra d’aider les personnes qui ont perdu leur capacité à reconnaître leur reflet dans un miroir.

“Cliniquement, un cinquième des enfants atteints d’autisme ne peuvent pas se reconnaître dans un miroir. Par ailleurs, les adultes atteints de handicaps mentaux, de démence ou de maladie mentale ont aussi du mal à se reconnaître. Notre recherche offre donc une méthode qui peut les aider à regagner cette capacité. Mais personnellement, je pense qu’on en est encore loin” précise-t-il.

Plusieurs scientifiques ont toutefois des doutes sur la réelle conscience de soi que cette expérience est censée prouver. Une chose est sûre cependant : elle ouvre des pistes nouvelles aux chercheurs.