DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Faire découvrir le monde de la musique aux jeunes sourds et malentendants


learning world

Faire découvrir le monde de la musique aux jeunes sourds et malentendants

En partenariat avec

En Argentine, près de 80 % de la communauté des sourds est illettrée. Considérés comme des handicapés, les malentendants sont exclus de la société. La langue des Signes n’est pas reconnue et les écoles utilisent des techniques orales avec des élèves qui ne peuvent pas entendre provoquant un fort taux d‘échec scolaire pour ces enfants.
Face à ce constat, l’organisation civile Canales a mis sur pied un projet pour promouvoir la lecture chez les enfants sourds : une vidéothèque en ligne de contes et d’histoires lues par de sourds en langue des Signes argentine.
L‘école publique Osvaldo Magnasco pour sourds et malentendants a été la première à adopter cette approche bilingue proposée par les livres vidéos.

Lorena Carracedo, directrice de l‘école :
Nous avons commencé à examiner et discuter de nouvelles approches pédagogiques qui reconnaissent les enfants sourds comme ayant leur propre langue et la capacité, dans ce cas-ci, d’apprendre l’espagnol comme seconde langue, et accéder un contenu pédagogique, une culture dans leur langue, c’est-à-dire la langue des Signes”.

***

Lors d’une conférence en 1880, des éducateurs américains ont banni l’utilisation de la langue des Signes en classe. Une règle qu’il a alors fallu appliquer et a eu un sérieux impact sur la communauté malentendante. Quelle est la situation aujourd’hui ? Dans ce reportage, cet enseignant sourd explique comment il tente de combler le fossé entre les entendants et les sourds et malentendants.

David Gunness, enseignant malentendant :
“Mon domaine de travail ? J‘étais artiste, et je faisais des retouches. Je l’ai fait pendant 12 ans et demi.
Un jour, ils ont annoncé que mon entreprise allait fermer. Alors je me suis dit, que j’avais envie de venir en aide aux personnes sourdes et malentendantes.
Actuellement, j’enseigne la langue de Signes américaine, et les personnes à qui j’enseigne ne sont pas sourdes, c’est OK, parce qu’en faisant ça, je les aide à mieux comprendre le monde des sourds et la communauté des malentendants.

Beaucoup de personnes entendantes ont peur que si leur enfant naisse sourd, alors que va-t-il se passer ? Ils essayent de considérer des choses comme les implants cochléaires pour que leur enfant soit plus comme les entendants, et moi, je fais de mon mieux pour leur apprendre ce que c’est que d‘être sourd, pour qu’ils comprennent mieux les malentendants.

Erica Flowers, étudiante :
“Quand je suis arrivée tout le monde m’a dit qu’il était sourd et que c‘était la classe du silence, et j‘étais très nerveuse… Mon Dieu, je ne savais pas comment j’allais faire pour suivre. Mais finalement ce n’est pas si compliqué, il faut se lancer dans la langue, et donc vous n’avez pas vraiment le choix si vous voulez suivre rapidement.

David Gunness :
Le premier jour, si les étudiants ont des questions, ils les écrivent. S’ils veulent aller aux toilettes, alors je leur apprends à signer le mot toilettes pour qu’ils puissent y aller. Ahhh il y a donc un signe pour ça ! Et donc c’est l’un des premiers signe que je leur enseigne. Et donc cela aide à combler le fossé entre leur langue et la mienne.
La plupart des écoles pour sourds préfèrent que leurs enseignants aient un master. Donc je suis retourné à l’université le Hunter College de New-York, pour obtenir mon master. L’une des exigences pour obtenir un emploi est un diplôme d‘état d’enseignement. Or beaucoup de personnes réussissent le test parce que l’anglais est leur première langue, même si leur pratique de la langue des Signes n’est pas très bonne ou pas suffisante pour travailler, et pourtant ils sont autorisés à enseigner auprès de sourds alors qu’un malentendant qui connaît les Signes et est capable de parfaitement communiquer avec des étudiants sourds n’a pas cette opportunité parce qu’ils ne peuvent pas passer le test écrit.

***

Beaucoup se demandent comment Beethoven a pu continuer à composer alors qu’il perdait son audition. Mais, et si vous étiez capable de ressentir le son d’un violoncelle ou les vibrations d’une flûte ?
Ressentir le son de timbales ou les vibrations d’un violoncelle avec tout votre corps. Tel est le but de l’opération “Feel the music”, mise au point par l’orchestre du chambre Gustave Mahler. Les musiciens visitent les enfants sourds et malentendants dans les écoles. Puis dans un deuxième temps, l’orchestre les invite à venir les voir.
Les enfants expérimentent le son des instruments. Ils les touchent, s’assoient sous le piano, ils conduisent même les musiciens et les applaudissent et réciproquement.

Merve, élève malentendante :
C‘était génial, parce qu’il y avait beaucoup de violons dans l’orchestre. C‘était merveilleux de sentir les vibrations.

Andrin, élève malentendant :
En touchant l’instrument, j’ai pu ressentir le son à travers ma main, mon bras, tout mon corps. Mais tous les autres instruments ont transmis des vibrations dans mon corps.

L’opération “Feel the music” de l’orchestre de chambre Gustave Mahler entre dans le cadre d’une série de concert intitulé le “voyage de Beethoven”, qui emmène 45 musiciens dans de nombreuses villes européennes.
Beethoven lui-même a commencé à perdre son audition alors qu’il n’avait que 20 ans et que sa surdité a fortement influencé ses compositions.

Orchestre de chambre Gustave Mahler

Leif Ove Andsnes

Le choix de la rédaction

Prochain article

learning world

À l'ère numérique, aime-t-on toujours lire ?